fbpx
congosynthese

ZLECAF: »La ratification de la libre Échange Continentale sera un autre des drames congolais du mandat de Tshisekedi( Patrick Mundeke)

L’adoption à l’assemblée nationale par les députés nationaux de la loi portant création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), est au cœur de controverses déjà en République démocratique du Congo.

Certains congolais parlent d’un système copié et importer par les autorités congolaises et qui ne pourra pas permettre le pays a décoller.

« La ratification de la libre Échange Continental sera un autre des drames congolais du mandat de Félix tsilombo » declare Patrick Mundeke,auditeur comptable et cadre politique.

Ce jeune congolais donne d’autres exemples qu’il estime auraient été copiés par Kinshasa au détriment du peuple congolais.

« Quand on copie le couvre feu Francais , on copie la constitution française sans trop la respecter, on éduque nos enfants à l’occident et on prétend être indépendant on trompe sa conscience et la vérité des fois elle est fatale, le Congo est en phase de recevoir la fatalité dans le visage  » déclare t-il.

Il ajoute en disanat que que le fait que cette loi a été adoptée par les élus signe la fin de l’entrepreneuriat congolais .

« Evidemment quand on vois les choses de l’équateur, du bandundu ou de mbuji Mayi on ne vois pas la gravité des faits , mais quand on est du Kivu cette zone économiquement forte avec un début d’industrialisation palpable c’est un danger réel » précise t-il.

Patrick Mundeke donne l’exemple par ailleurs de certains pays voisins de la RDC qu’il estime avoir
des structures économiques solides , des lois claires , des expériences dans l’intégration régionale qui datent de 20 ans.

« Le Rwanda, Ouganda, Tanzanie et le Kenyane qui, quand vous ouvrez les frontières,ils prennent l’EST Du Congo comme un marché et nous n’avons rien à offrir en retour dans cette vaste zone qui fut EAST African zone , les entreprises locales de production de l’eau, des jus , des minoteries , des boulangeries, du ciment , des brassicoles, des stations d’essences vont tout simplement disparaître ‘au bout de 24 mois , les sociétés minières et ou les entités de traitement vont quitter le sol congolais pour une fiscalité floue , des tracasseries, des corruptions pour s’installer juste de l’autre côté de la frontière et prendre des matières premières brutes de ce vaste pays à la classe politique maudite  » fustige ce jeune congolais.

Il ajoute;

« Le format de la loi que j’ai lu , et les modalités de fonctionnement de la zone de libre échange ne laisse aucune chance aux entrepreneurs congolais , à mon avis , un Gouvernement responsable doit s’empêcher de signer cette adhésion et proposer d’abord une série des lois pour améliorer le climat des affaires au Congo, lutter contre la corruption et clarifier la zone fiscale , mais aussi ouvrir le pays Progressivement ( au cas par cas ), en commençant par les personnes puis suivra méthodiquement les produits ( au cas par cas aussi )  » propose t-il.

Cet auditeur comptable conclu son analyse en appelant les partenaires à réagir avant le pire.

Il faut dire cependant que plusieurs autres voix au pays se sont soulevées pour s’opposer a cetre loi,c’est le cas de la sénatrice Francine Muyumba et la députée nationale Marie Ange mushobekwa ,ancienne ministre congolais des Droits humains.

Pour rappel, les députés nationaux ont adopté, à la plénière ce vendredi 22 janvier 2021, la loi portant création de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) à l’Assemblée nationale. Sur les 340 élus présents lors de cette adoption, 330 ont voté « oui » contre 08 « non » et 2 abstentions.

Son objectif est la ratification, par le République Démocratique du Congo, de l’Accord portant création de la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine, signé le 21 mars 2018, à Kigali, au Rwanda. Dans son objectif, la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine, (ZLECAF) en sigle, ambitionne de faire de l’Afrique le plus grand marché unique au monde, avec comme objectif la réduction des barrières douanières et la promotion des échanges intra-africains », précise l’exposé des motifs de cette loi.

Selon ce document, la République Démocratique du Congo est appelée “à ratifier cet Accord pour en tirer le maximum de profit, en développant une économie nationale compétitive et apte à capter les opportunités qu’offre ce vaste marché africain”.

Justin Kabumba

Autres titres

Albert Yuma : « Le premier ministre doit développer l’économie, réformer la fiscalité et régies financières »

deo

RDC/LAMUKA appartient désormais qu’à Fayulu et Muzito

deo

Ituri : Le ministre provincial de l’EPST dément la rumeur d’une quelconque campagne de vaccination contre le Corona virus

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus