congosynthese

A la présidence de la République , l’assistant logistique donne ses leçons au directeur de cabinet du chef de l’Etat.

La nomination du Directeur des opérations de l’aviation présidentielle est loin de faire l’unanimité. Prise par l’Assistant logistique au Cabinet du chef de l’Etat, à travers ”sa lettre sans numéro du 4 mai 2019”, cette décision est loin de plaire à Vital Kamerhe. Le Directeur de cabinet du Président Félix Tshisekedi taxe cette mesure ”d’usurpation de pouvoir, la compétence d’un tel acte ne revenant qu’au Président de la république”. Raison pour laquelle il lui a adressé une demande d’explication.

Dans une correspondance dont une copie a atterri le week-end à la rédaction de ”Forum des As”, Vital Kamerhe se montre beaucoup plus explicite : “La nomination aux fonctions susvisées ayant été faite par l’Ordonnance n015/073 du 16 septembre 2015, tout remplacement éventuel à ce niveau ne peut être fait que par une autre Ordonnance, en vertu du principe de parallélisme de forme. Cela étant une faute très lourde aux conséquences administratives et pénales, je vous demande de m’en présenter des explications dans un délai de 24 heures dès réception de la présente”.Interpellé à ce propos, Jean-Paul Malamba Mutekemena, l’Assistant logistique au Cabinet du chef de l’Etat, a vite fait de se justifier auprès du Dircab du Président de la République à travers une correspondance. “Ma décision d’avoir désigné un Directeur des opérations de l’aviation présidentielle relève du souci de respecter la règlementation dans le domaine de l’aviation, qui veut que tous les exploitants aériens, y compris l’Aviation présidentielle, doivent nommer un professionnel de l’aviation à ce poste”, rétorque-t-il.

“JE N’AI COMMIS AUCUNE FAUTE”

“La personne nommée à ce poste, pilote de son état, est un professionnel de l’aviation, dont la longue carrière ainsi que les bons et loyaux services rendus à la Nation, via l’Aviation présidentielle, nous a semblé être la personne idoine à qui nous pouvions confier cette charge”, argumente Jean-Paul Malamba Mutekemena.”Il ne fait donc l’ombre d’aucun doute que je n’ai commis aucune faute, de quelle que nature que ce soit, étant donné que l’acte par moi posé relève bel et bien de ma compétence… Il vous souviendra que, lors d’un de nos échanges sur la question de l’Aviation présidentielle dans votre office, je vous ai dit avoir reçu des instructions claires sur ce sujet, de la part du chef de l’Etat qui me lit en copie”, précise l’Assistant logistique au Cabinet du Président Félix Tshisekedi.

QUAND L’ACCUSE CHANGE DE FUSIL D’EPAULE

Jean-Paul Malamba se réfère à ce propos ”aux dispositions de l’article 23 de la décision n°09/002 du 20 janvier 2009, portant organisation et fonctionnement des collèges des Conseillers, des Services personnels du chef de l’Etat ainsi que de tous les autres services du Cabinet du Président de la République”.”Les membres des services personnels, souligne l’article 23, sont à la disposition exclusive du chef de l’Etat et accomplissent toutes les missions que le Président de la république leur confie. Ils rendent compte de leurs missions directement au Président de la république ou au Directeur de Cabinet du Président de la république, sur instruction personnelle du chef de l’Etat”.Au terme de ”cet argumentaire”, Jean-Paul Malamba change de fusil d’épaule : “Excellence Monsieur le Directeur de cabinet, c’est ici l’occasion de rappeler que l’illégalité et l’usurpation des pouvoirs sont plutôt cristallisées dans le chef de l’Assistant logistique sortant, qui fut nommé en son temps par l’Ordonnance n°15/073 du 16 septembre 2015, dont vous faites mention dans votre courrier sus évoqué, du reste abrogée à ce jour, qui profitant de cet état des choses pour le moins confus, causé par le défaut de la remise et reprise, continue à poser des actes à ce titre, aux vues et aux sus de tous, en toute illégalité, sans que personne ne lui demande une quelconque explication”.Ci-dessous l’intégralité de ces correspondances.

Yves KALIKAT


Autres titres

Jean-Yves Le Drian: Il y a eu une vraie élection démocratique validée par la Cour constitutionnelle

Deo

Kinshasa et Paris : pendules remises à l’heure

Deo

ILUNGA ILUNKAMBA : LE POURQUOI D’UN CHOIX

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus