congosynthese

Une main noire actionne les « wewa »


Les dérapages alignés en l’espace d’une semaine par des conducteurs des taxi-motos, communément appelés « wewa », avec des actes en série d’incendie des véhicules de transport en commun à Kinshasa, convainquent de plus en plus les observateurs avisés de leur instrumentalisation par une main noire. Il n’est pas normal que ces jeunes-gens, qui ne sont pas irréprochables dans leur manière de conduire sur les voies publiques et se livrent au transport des personnes le plus souvent au mépris de toute norme de sécurité (casques, permis de conduire, attestation de transport, plaque d’immatriculation, assurance), se fassent systématiquement justice, mettant du coup les services compétents devant des situations embarrassantes.

Tout le monde conviendra que tout cas d’accident, avec mort d’homme ou pas, exige d’être pris en charge par la Police de Circulation Routière (PCR) en amont et les instances judiciaires en aval, en vue d’établir les responsabilités du présumé auteur et des victimes.

Par conséquent, il importe que les services compétents du ministère des Transports et Voies de Communication procèdent, en urgence, à l’identification des conducteurs des taxi-moto, avec le concours de leur association, en vue de leur claire identification, et au contrôle systématique de leurs documents et équipements de travail. Ce travail devrait être mené, au niveau de différents parkings et points d’embarquement et débarquement des usagers des taxi-motos, aux quatre coins de Kinshasa.

Il devrait être question, non pas de traquer et tracasser les « wewa », mais plutôt de constituer un fichier provincial visant à démasquer les « infiltrés » qui surgissent de nulle part, au moindre accident mortel ayant pour victime un motocycliste, pour brûler, sans sommation, le véhicule pointé comme responsable de cet homicide involontaire.

L’Association des Conducteurs de Taxi-Moto, en collaboration avec la Police de Circulation Routière et les services spéciaux, devraient travailler en synergie pour qu’au moindre dérapage des « wewa », ceux-ci soient rapidement maitrisés et déférés devant les instances judiciaires compétentes, en vue de justifier leur qualité et d’assumer les conséquences de leur incivisme. Trop, c’est trop !

                                                                      Kimp

Loading...

Autres titres

RDC- Tueries à Beni “Nous devons être solidaires pour que la paix revienne à l’est” (Mbilia Bel)

Kabumba Katumwa

Nord-Kivu: 15 journalistes formés à Goma sur les notions des reportages humanitaires

Kabumba Katumwa

La situation sécuritaire sur l’ensemble du pays examinée au cours d’une réunion express du Conseil de sécurité

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus