congosynthese

Sur ordre du N°1 de la PNC/Kinshasa, plus de véhicules avec plaque bâchée, gyrophare et sirène

Il est désormais interdit de circuler avec un véhicule dont la plaque d’immatriculation est bâchée, ayant un gyrophare ou une sirène sur toute l’étendue de la capitale de la RDC.

Ces mesures viennent d’être prises par le commissaire principal de la police, ville de Kinshasa, au cours d’une séance de travail avec les responsables des commissariats et sous commissariats de sa juridiction.

Cette mesure concerne tous les véhicules avec gyrophare. “Les corbillards qui ont des sirènes doivent les enlever”, prévient le numéro 1 de la police congolaise à Kinshasa et qui avertit “qu’à partir de lundi, on va commencer à arrêter”.

Le général Sylvano Kasongo Kitenge annonce aussi sur Top Congo FM que “la traque des faux bureaux 2 va également se poursuivre”.

S’agissant des bandits urbains appelés “kulunas”, le général Kasongo précise que l’opération a été actualisée. “Nous avons déjà la cartographie et nous allons très prochainement présenter les kulunas arrêtés”.

ASSASSINAT D’UN CHAUFFEUR A KINSHASA

Le commissaire principal de la police, ville de Kinshasa, rassure qu’une enquête est ouverte pour retrouver l’assassin du chauffeur d’un bus de transport, abattu avec une de ses passagères, mercredi dans la commune de Ngaliema. “Il est inadmissible qu’un citoyen soit tué pour un simple embouteillage”, s’émeut le général Kasongo qui annonce que la police nationale congolaise a “lancé un numéro vert, le 0903982039. Toutes les personnes qui ont une information sur cet assassinat sont priées de nous joindre à ce numéro”.

En ce qui concerne la mesure relative au retrait des gardes aux particuliers, le général Kasongo prévient qu’elle entrera en vigueur à partir de ce vendredi 22 mars.


Top Congo FM

Autres titres

RDC : Lokondo invalidé, Jeannine Mabunda candidate unique à la présidence de l’assemblée nationale,

Deo

Félix Tshisekedi a reçu Joseph kabila, ce lundi 22 Avril, à la cité de l’UA

Deo

Olivier Kamitatu : « Moïse Katumbi est un homme libre de rentrer dans son pays »

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus