congosynthese
  • Home
  • Actualité
  • Suite du feuilleton Maison Schengen : Kinshasa frappe Bruxelles et Paris… puis fait marche arrière
Actualité

Suite du feuilleton Maison Schengen : Kinshasa frappe Bruxelles et Paris… puis fait marche arrière

Evoquée du bout de lèvres par des officiels congolais et belges, la réouverture de la Maison Schengen de Kinshasa, chargée de délivrer des visas aux citoyens congolais pour près d’une vingtaine d’Etats membres de l’Union Européenne, fermée depuis le début de l’année 2018, semble encore lointaine. Car, au lieu d’évoluer dans le sens de l’apaisement,
la brouille de ménage, circonscrite jusque-là au couple Kinshasa-Bruxelles, vient de s’étendre à Paris.

Effet, dans une note circulaire transmise à toutes les missions diplomatiques congolaises en date du 24 juillet 2018, Emmanuel Ilunga, ministre délégué en charge des Congolais de l’étranger, leur demande de se limiter à ne délivrer, désormais, que des « visas humanitaires
ou pour soins médicaux » aux ressortissants de la Belgique et de la
France.
Cette mesure était prise, indiquait-il, suivant le principe de la
réciprocité. On rappelle à ce sujet que depuis la fermeture de la
Maison Schengen à Kinshasa, les ambassades de Belgique et de France
établies dans la capitale n’accordent plus que des « visas
humanitaires ou pour soins médicaux » aux citoyens de la RDC.
En principe, les visas de court séjour étaient supprimés entre
Kinshasa, Bruxelles et Paris. Mais, 48 heures après, Kinshasa faisait
marche arrière à travers un second message annulant les instructions
du mardi 24 juillet. Pourquoi cette réculade ? Mysrère ! Qui sont les
principales victimes de ces mesures de représailles, qui avaient
démarré avec l’exclusion du gouvernement congolais de la gestion de
l’aide humanitaire belge (25 millions  d’Euros) au profit des Ong
locales, la fermeture de la Maison Schengen à Kinshasa ainsi que celle
des Consulats généraux de Lubumbashi et d’Anvers, la réduction des
fréquences de Brussels Airlines entre Bruxelles et Kinshasa ?
Beaucoup pensent que les citoyens congolais sont plus perdants dans
l’affaire que les Belges et les Français. Lorsque l’on jette un regard
sérieux rien que sur les niveaux de développement entre la RDC, la
France et la Belgique, les demandes de visas vers l’Europe sont plus
élevées que dans le sens inverse, aussi bien pour les affaires, les
études, les soins médicaux, le tourisme, les visites familiales, etc.
Et, honnêteté oblige, les Congolais moyens sont plus frappés que les
Belges et Français moyens par les mesures de représailles que les
autorités congolaises sont en train de prendre pour donner
l’impression d’être capables de mettre la Belgique et la France à
genoux.
La question que l’opinion interne continue de se poser est de savoir
si, au nom de l’indépendance et de la souveraineté nationale, les
souffrances que ceux qui bénéficient des passeports et visas
diplomatiques imposent aux citoyens sans « titres » valent la peine.
Un Belge ou un Français interdit de séjour en RDC souffre-t-il autant
que le Congolais « indésirable » en Belgique et en France ? On croit
savoir qu’ayant bien pesé et soupesé le rapport de force, Kinshasa a
finalement opté pour la voie de la sagesse.     Kimp

MESSAGE

TRANSMIS A      : AMABARDC/TOUTES
ATT PART        : AMBASSADEURS
RPT             : – 130
– 130 AE
: 131

EMANANT DU      : MINAFFET-IR/KINSHASA-GOMBE

MSHN°130CDE/205/3534

TEXTE

Il est constaté de manière non équivoque que les Ambassades de
Belgique et de la France n’accordent plus que des visas humanitaires
ou pour soins médicaux aux ressortissants congolais depuis la
fermeture de la maison Schengen. A cet effet, il est demandé à toutes
nos représentations diplomatiques d’appliquer les mêmes dispositions à
leurs ressortissants par principe de réciprocité.
Sentiments patriotiques.

Emmanuel ILUNGA NGOIE KASONGO
Message du 26 juillet 2018

Tenant compte du dialogue en cours notamment sur le traitement des
dossiers des visas, les instructions contenues dans le message numéro
130 CDE/205/218 du 24 juillet 2018, relatives à l’application du
principe de réciprocité, sont retirées.

Emmanuel ILUNGA NGOIE KASONGO


Autres titres

Félix Tshisekedi veut faire bondir le revenu annuel moyen du congolais de 458 à 4.288 USD

Deo

Après la désignation du Dauphin. Luanda : Kabila récolte des fleurs !

Deo

“Pas de doute : maboko pembe est le meilleur choix”, JC Vuemba choisit Félix Tshisekedi candidat commun de l’opposition

Deo

Laisser un commentaire

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus

Login

Do not have an account ? Register here
X

Register