fbpx
congosynthese.com

Sextape des écoliers : les 5 élèves ne sont pas exclus du système éducatif, rassure Tony Mwaba

CREATOR: gd-jpeg v1.0 (using IJG JPEG v62), quality = 75

Après la polémique sur les sanctions d’exclusion définitive infligée aux cinq élèves filmés en pleins ébats sexuels, le ministre de l’Enseignement primaire secondaire et technique (EPST) a tenu à rassurer de l’avenir scolaire de ces enfants.

Le ministre des Droits humains, Albert Fabrice Puela a rencontré, ce mercredi 08 septembre, son collègue de l’Enseignement primaire secondaire et technique (EPST), Tony Mwaba. Les deux personnalités ont évoqué la situation des élèves du collège Saint Georges dans la commune de Kintambo filmés en pleins ébats sexuels dont des séquences vidéos sont devenues virales sur la toile.

Après ces échanges, le ministre des Droits humains, Albert Fabrice Puela a rapporté que le ministre de tutelle l’a rassuré de la non-exclusion de ces 5 élèves du système éducatif du pays. « Quoiqu’on puisse dire, l’éducation de nos enfants n’a pas de prix », a d’entrée de jeu lancé. Puela a encouragé la sanction de l’exclusion de l’école à l’encontre de ces enfants mais soutient leur maintien dans le système éducatif de la RDC.

« Nous devons tout faire pour que nos enfants, avenir de la République, de l’Afrique et du monde, soient très bien éduqués. En tant que parents, nous condamnons avec la dernière énergie les actes commis par nos enfants. Qu’on les exclue, c’est normal. En tant que ministre des Droits humains, nous avons constaté qu’on est allé au-delà, en bannissant pratiquement ces enfants du système scolaire national. Nous sommes venus auprès du ministre de l’EPST qui nous a rassurés. (…) L’opinion doit être rassurée, nous devons être calmes : les élèves ont été exclus de l’école mais pas du système éducatif », a-t-il affirmé.

En outre, le ministre des Droits humains a déploré la révélation des identités de ces élèves. « Nous avons ratifié les actes internationaux qui protègent les droits des enfants. Dans tous ces actes, comme dans la constitution, il est toujours mis en avant l’intérêt de l’enfant », a-t-il défendu.

Il sied de rappeler qu’une partie de l’opinion s’était opposée à la décision lue, mardi 7 septembre, par le préfet du collège Saint Georges, excluant ces élèves aussi bien de l’école que du système éducatif du pays. Il leur a donc interdit la réinscription dans d’autres écoles à travers toute l’étendue du territoire national.

Autres titres

F.Kalombo à Peter Kazadi : « S’il pense que Moïse Katumbi combat l’Union sacrée de l’intérieur, qu’il le chasse »

Patrice Kayembe

MESSAGE D’ALERTE DE LA CENCO

deo

Ceni: Denis Kadima investi par le président Félix Tshisekedi

Juliette Aloki

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus