fbpx
congosynthese

Revue de presse du mercredi 13 mars 2020

 

Le début du procès de Vital Kamerhe et le rejet de sa requête de mise en liberté provisoire sont des sujets largement exploités par les médias congolais.

La défense de Vital Kamerhe, directeur de cabinet du chef de l’Etat, a évoqué le lundi 11 mai à l’occasion de l’ouverture du procès de l’intéressé en chambre foraine à la Prison Centrale de Makala, entre autres raisons de la demande de renvoi de la cause au 25 mai 20, l’impératif de lever copies de 40.000 pièces consignées dans l’acte d’accusation ficelé par le ministère public, rapporte Le Phare.

Le chiffre, naturellement, intrigue plus d’un observateur et sème le doute quant à la volonté de ce prévenu de luxe d’ouvrir la boîte de Pandore, comme le laissaient croire certaines cadres et militants de son parti politique, l’UNC, ajoute le journal.

Acatuelite.cd apporte son appréciation sur la première audience du lundi 11 mai dans l’affaire Ministère public c/ V. Kamerhe et consorts.

Le site web note l’agitation dans le chef des accusés. Le portail épingle certaines erreurs d’appréciation des personnes accusées, mais aussi du tribunal.

En rapport avec la requête introduite le premier jour de l’audience, renseigne 7sur7.cd, le Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe a rejeté mardi 12 mai la demande de mise en liberté provisoire de Vital Kamerhe, directeur de cabinet du chef de l’État.

Une décision qui, selon les avocats de Kamerhe, est en opposition avec la loi. Me Jean-Marie Kabengela estime que la raison évoquée par les juges, notamment celle de la poursuite de l’enquête au niveau du tribunal, ne tient pas debout car, estime-t-il, l’affaire est déjà au niveau de l’instruction, note le site web.

Vital Kamerhe devra donc se concentrer sur son procès. Et à son absence, l’intérim sera assuré par l’un de ses adjoints.

Le porte-parole du président de la République, Kasongo Mwema, a annoncé, mardi 12 mai dans la soirée à la télévision nationale que le président Félix Tshisekedi a désigné Désiré-Casimir Kolongele Eberande comme son directeur de Cabinet ad intérim, à la suite de l’indisponibilité de Vital Kamerhe, indique Mediacongo.net.

Professeur et avocat au Barreau de Kinshasa/Gombe, rappelle Actualite.cd, Désiré-Casimir Kolongele Eberande est directeur de cabinet adjoint en charge des questions juridiques, politiques et administratives.

Autres titres

Le Potentiel : « Kinshasa : une manifestation des vendeurs du Marché central fait trois morts »

Revue de presse du vendredi 22 mai 2020

Revue de presse du mercredi 20 mai 2020