congosynthese

Revue de presse du mardi 6 novembre 2018 

La réunion des opposants à Genève (Suisse) pour désigner un candidat commun pour l’élection présidentielle du 23 décembre intéresse les journaux kinois parus ce mardi.

Une réunion décisive se tiendra, à partir du mercredi 7 novembre à Genève, en Suisse, entre les leaders des 7 principaux partis et regroupements politiques faisant partie de la « coalition électorale ». Coalition qui a été mise sur pied lors du Conclave organisé du 23 au 25 octobre à Pretoria, en Afrique du Sud, renseigne Le Phare. 

Le rendez-vous de Genève va simplement servir à l’entérinement du choix du candidat commun, sur lequel le groupe des « 7 » (Ensemble, MLC, UDPS, UNC, Dynamique, CNB/Syenco et Nouvel Elan) se serait déjà mis d’accord avant de passer à table, rapporte le journal qui précise que l’intéressé devrait entre choisi entre les quatre candidats validés, à savoir Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, Martin Fayulu et Freddy Matungulu.

Quant au programme commun de l’opposition, indique Cas-Info.ca, Jean-Bertrand Ewanga, membre de la plateforme Ensemble assure qu’il est déjà élaboré. « Le programme commun de l’opposition est déjà là », note le site web qui rappelle qu’en Afrique du sud, les partis de l’opposition avaient réaffirmé leur engagement à travailler ensemble, pour proposer un seul candidat à la présidentielle, en vue de remporter ce scrutin.

Après les étapes préliminaires de Bruxelles, Johannesburg et Kinshasa, fait remarquer Le Potentiel, c’est donc à Genève que se joue le dernier round des discussions relatives au choix du candidat commun de l’opposition à la présidentielle.

Les principaux ténors de l’opposition assurent que chaque candidat président devra mettre de côté son égo pour sortir cet oiseau rare capable de tenir tête à Emmanuel Shadary, renseigne le quotidien. Des pressions énormes, indiquent des sources diplomatiques, ont été exercées sur les sept ténors de l’opposition pour que la candidature commune de l’opposition devienne enfin une réalité avant le 21 novembre, date de lancement officiel de la campagne électorale, révèle le tabloïd.

Le leader d’Ensemble, Moïse Katumbi a fait savoir qu’à 50 jours des élections générales en République démocratique du Congo, il ne s’agit pas d’avancer dans la précipitation, indique Forum des As. « Dès que le candidat sera désigné, il sera mis sous pression et sera même physiquement en danger. En retardant le choix, on retarde aussi ce risque », a argumenté Moïse Katumbi dont les propos sont relayés par le journal.

Cependant, la désignation d’un candidat commun de l’opposition ne suffira pas à son succès, croit savoir 7sur7.cd. Encore faudra-il que les autres candidats s’investissent corps et âmes dans la campagne électorale pour le faire triompher. Pour cela, ils doivent mutualiser leurs moyens logistiques et financiers, argumente le site web qui prédit qu’un échec n’est pas à écarter.

« Pretoria, Bruxelles…Genève, opposition : et si Lumumba avait tout prédit…», titre pour sa part L’Avenir.

Pour le journal, l’opposition politique congolaise est distraite et se confie à ceux qui ont tué la démocratie au pays de Lumumba, pour prétendre diriger la RDC à l’issue des élections du 23 décembre 2018. Ils ont été partout : en Belgique, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis…toujours à la recherche du salut. « Et pourtant, l’histoire du Congo ne s’écrira ni à Bruxelles, ni à Londres, ni à Paris », conclut le quotidien qui fait allusion à un extrait du discours de Patrice Lumumba, le tout premier Premier ministre congolais lors de l’accession du pays à l’indépendance.

Première réunion de l’équipe de Ramazani 

Quarante-huit heures après sa mise en place et sa présentation officielle à l’opinion publique, l’équipe de campagne du candidat du Front Commun pour le Congo, d’Emmanuel Ramazani Shadary, s’est réunie lundi 5 novembre rapporte Le Phare.
Selon Lambert Mende Omalanga, coordonnateur de la cellule de Communication, le candidat a remis aux participants des orientations par rapport aux cahiers des charges de chaque cellule.

La réunion a évalué les impératifs du temps et les objectifs à atteindre en prévision des échéances à venir, fait savoir le tabloïd.
Tous les coordonnateurs et rapporteurs de différentes cellules ont été invités à se mettre rapidement au travail avec pour mission de gagner à tous les niveaux les différents scrutins combinés du 23 décembre prochain et chaque cellule a reçu son cahier des charges, complète l’Agence congolaise de presse.

En ce qui concerne le malentendu provoqué par des personnalités qui n’ont pas été suffisamment consultées au préalable mais dont les noms avaient été rendus publics sur les listes des membres, M. Mende indique que la seule liste qui compte, c’est celle qui comportera la signature du candidat du Front Commun pour le Congo et qui sera rendue publique incessamment.


Autres titres

Revue de presse du mardi 13 novembre 2018.

Deo

Revue de presse congolaise du lundi 12 novembre 2018.

Deo

Revue de presse du vendredi 9 novembre 2018 

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus