congosynthese

Revue de presse  du jeudi 27 septembre

La presse parue ce matin  commente la présentation du programme de gouvernance de Freddy Matungulu, candidat à l’élection présidentielle de décembre.

Le projet de société de Freddy Matungulu est chiffré à 74 milliards USD pour une période de cinq ans, rapporte Le Phare. Dans son diagnostic, indique le journal, il estime que la RDC a une économie de rente et a intérêt à diversifier son système économique.

Sa vision repose sur trois axes : créer un contexte institutionnel et sécuritaire pour attirer de potentiels investisseurs, construire une économie à croissance inclusive et relever les défis sociaux et de la solidarité nationale, détaille le tabloïd.

Ce montant comprend 52 milliards USD du budget de l’Etat, ou 10,4 milliards USD par an, précise Forum des As.

Dans ce projet de société intitulé « créer une croissance  partagée durable et restaurer la dignité de la RDC », le président de la République de la Synergie électorale notre Congo (SYENCO) vise à engager la RDC sur la voie de changements fondamentaux dans la gouvernance politique et économique renseigne Cas-info.ca. Il veut rétablir l’éthique de la responsabilité dans la vie publique, faire des changements permettant au peuple congolais de mettre en oeuvre des reformes propices à la stabilité macroéconomique, à une croissance économique partagée, soutenable, et à la justice sociale, note le site web.

Pour lutter contre le chômage et la situation économique désastreuse du pays, note Actualite.cd, Freddy Matungulu propose entre autres, la diversification du secteur de l’économie. Cela passe par l’investissement dans l’agriculture, l’industrie ainsi que les infrastructures de transport, détaille le portail.

Pour concrétiser ce programme, M. Matungulu veut des hommes et femmes qu’il faut à la place qu’il faut, explique La Prospérité.

Les leaders et représentants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), du Mouvement de libération du Congo (MLC) et de l’Union pour la Nation congolaise (UNC), ont pris part à cette cérémonie, fait remarquer 7sur7.cd.

Dans un autre registre, la presse de Kinshasa revient sur les réactions des acteurs politiques sur les tueries de Beni.

Au cours de son allocution devant l’assemblée générale des Nations unies, rapporte Cas-Info.ca, le Président Kabila a affirmé que les attaques de Beni n’empêcheront pas aux Congolais de poursuivre leur action en faveur de la paix et de la stabilité de leur pays.

Le Collectif d’actions de la société civile (CASC) qui a exprimé son indignation à l’égard des massacres survenus à Beni estime que cette situation d’insécurité permanente traduit l’incapacité de l’Etat congolais à sécuriser ses populations à l’intérieur de ses frontières, rapporte Depeche.cd.

Pour Jean-Pierre Bemba, rapporte Le Phare, la présence de plus de 70 groupes armés dans les contrées de Beni ne peut être un prétexte perpétuel pour masquer l’inefficacité du commandement de notre armée.

«C’est avec émotion que j’ai appris la triste nouvelle du massacre de nos compatriotes de la ville de Beni dans la province du Nord-Kivu. Dieu a donné, Dieu a repris, Que son nom soit glorifié, puisse les âmes de nos compatriotes reposer en paix», a indiqué Ramazani Shadary dans son message de condoléances repris par La Prospérité.


Autres titres

Revue de presse du mercredi 17 octobre 2018

Deo

Revue de la presse de ce mardi 16 octobre 2018

Deo

Revue de presse du lundi 15 octobre 2018

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus