Le Président Félix Tshisekedi instaure un culte annuel d’actions de grâce en RDC, note l’Agence congolaise de presse (ACP). En effet, le chef de l’Etat a décidé de l’organisation désormais d’un culte annuel d’actions de grâce à Dieu, dans son mot de circonstance à la journée nationale d’actions de grâce et de prière pour la RDC tenue dimanche au stade des Martyrs.

Félix Tshisekedi a instruit l’ensemble des serviteurs invités à cette rencontre à harmoniser les vues sur la désignation d’une date convenable de l’année pour la tenue dudit culte, avant d’adresser ce premier culte à Dieu, au nom de toute la nation congolaise.

Dans le même registre, L’AVENIR rapporte que le moment fort de cette journée d’actions de grâce aura été le message du Chef de l’Etat tiré des livres des Chroniques qui stipulent : « Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom, s’humilie, prie et cherche ma face. Et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je guérirai son pays et je lui pardonnerai ses péchés ».

Voilà pourquoi en toute humilité, Félix Tshisekedi a au nom du peuple congolais, imploré le pardon de Dieu pour tous les péchés commis. Le Président de la République a déclaré une année nouvelle pour son pays en le lui confiant pour qu’il soit le seul Guide et Maître à bord.

Sous le titre : « Le Mea culpa de Félix Tshisekedi au Stade des Martyrs », LE POTENTIEL rapporte que le Président Félix Tshisekedi a imploré la miséricorde de Dieu pour des erreurs commises par tous les gouvernants passés et présents. Ce Mea culpa inaugure une nouvelle ère pour la RDC où, a rappelé le Président de la RDC, les « ténèbres ne régneront plus jamais.

Pour LE POTENTIEL, l’appel lancé par le chef de l’Etat ne doit pas être détourné de son contexte. Son Mea culpa ne doit pas servir de prétexte pour retomber dans les travers du passé. L’hymne national le dit en des termes ne prêtant à aucune équivoque. Pour l’éveil de la RDC, les Congolais, mobilisés comme un seul homme, doivent dresser leurs fronts longtemps courbés pour bâtir dans la paix et l’unité un pays plus beau qu’avant. Le chef de l’Etat a tracé le chemin, en implorant le concours divin. Aux Congolais de le soutenir dans cette œuvre.

FORUM DES AS consacre son titre phare au retour de Jean-Pierre Bemba à Kinshasa en provenance de la capitale belge. « Nous allons continuer à défendre les intérêts du peuple », a déclaré le leader du MLC lors du meeting tenu à la Place Ste Thérèse à N’djili, quelques heures après sa descente d’avion.

L’ancien vice-président de la RDC a dénoncé la corruption qui mine la société congolaise. Bemba qualifie ce mal de « cancer » que la RDC a contracté depuis son indépendance. Il a affirmé que cette maladie gangrène même les institutions du pays.

Pour étayer ses propos, il a pointé du doigt ce qui se passe depuis quelques jours à la Cour constitutionnelle, à la suite des invalidations à la pelle des députés nationaux de la plateforme LAMUKA.

LA PROSPERITE note qu’outre la corruption, Jean-Pierre Bemba a condamné le tribalisme et l’insécurité dans l’Est et rappelé les grands axes de son engagement pour le renforcement de la démocratie et l’affirmation de l’Etat de droit en RDC.

Le chairman du MLC a affirmé l’unité de Lumuka et a promis de nouvelles actions décisives pour contraindre les autorités à travailler dans l’intérêt du peuple congolais.

AFRICANEWS s’intéresse à la publication du gouvernement de coalition FCC-CACH. Après l’harmonisation sur la répartition des ministères de souveraineté, place au triage des ministrables, constate ce journal. « Le CACH souhaiterait que les personnalités élues à la députation nationale et provinciale ainsi qu’au Sénat puissent siéger dans les institutions législatives où elles ont été élues et surtout celles qui avaient assumé des responsabilités dans le gouvernement passé », a confié à AFRICANEWS un cadre du CACH sous le sceau d’anonymat.

C’est ce second débat qui est à l’ordre du jour aux négociations entre les délégués du FCC et du CACH.

Théodore Ngangu Ilenda/MMC