congosynthese

Revue de la presse kinoise de ce mardi 18 Septembre 2018

« JP Bemba finalement libre », titre L’OBSERVATEUR. L’ancien vice- président écope finalement de douze mois de prison dans son second procès à la Cour pénale internationale (CPI) pour subornation des témoins, écrit-ce journal qui note par ailleurs: « Il reste cependant libre ».

Selon une source proche du gouvernement, les Etats- Unis sont soupçonnés de faire la pression sur les juges de la CPI dans ce second procès de Bemba.La semaine dernière, le conseiller à la sécurité de Donald Trump, John Bolton a menacé l’institution de sanctions si elle persistait à vouloir enquêter sur des crimes de guerre en Afghanistan.

Pour Kinshasa, ces menaces visent en réalité les juges de Cour pour statuer en faveur d’une annulation de la peine de Bemba, poursuit L’OBSERVATEUR.

Pour sa part, LA PROSPERITE titre : « Bemba : voici la sentence finale ». Désormais, les déclarations de culpabilité et les acquittements concernant les cinq accusés dans l’affaire « Subornation de témoins », sont définitifs, relève ce journal.

Bemba définitivement hors course, selon FORUM DES AS. La sentence de la chambre de première instance VII de la CPI ruine l’ultime espoir du chairman de pouvoir briguer la magistrature suprême dans le cadre de la présidentielle 2018, constate ce journal. Ce dernier dans un autre article, son éditorial intitulé : « La pilule CPI », souligne : « Le verdict de la CPI est enfin tombé hier lundi 17 septembre. Ce que tout le monde attendait pour être définitivement fixé sur le sort de Jean-Pierre Bemba, dans l’affaire de subornation des témoins, est désormais connu. Le chairman du MLC est condamné à 12 mois de prison et à une amende de 300.000€ ».

Bien sûr, dit-il, que cette décision de la Cour de La Haye n’est pas du goût des militants et sympathisants du Mouvement de libération du Congo.

Si d’aventure il y avait d’autres voies de recours, sans doute que le leader du parti de l’avenue du Port dans la commune de Gombe, serait en droit de les explorer. Et même de les utiliser. Ces recours seraient juridiques, politiques ou diplomatiques.

Mais au stade actuel des choses, force est de reconnaitre que l’affaire subsidiaire dans la saga judiciaire de Jean-Pierre Bemba, vient de connaitre son épilogue. La sentence est dure aussi bien pour l’ancien vice-Président de la république en charge des questions Economiques que pour ceux des Congolais qui croient en lui. Mais, c’est bien cela la sentence. Hélas ! Comme disent les latinistes, dura lex, sed lex.

Devant cette dure réalité, il appartient à l’Opposition si tant est qu’elle tienne à présenter une candidature unique ou commune – c’est selon – à la prochaine élection présidentielle de décembre, d’avaler la pilule et de regarder la réalité en face. A savoir, faire avec ceux de ses sociétaires qui sont encore en lice.

A moins que cette même Opposition n’ait un autre tour dans ses manches. Ce qui ne parait pas évident à trois mois des élections.

Toujours au sujet du verdict du second procès de Jean-Bemba à la Cour pénale internationale , LE POTENTIEL titre : « Kamerhe ou Tshisekedi : le choix conélien de Katumbi ».

Reconnaissant également que Bemba est exclu de la présidentielle ce journal, estime : « A la du 23 décembre 2018, l’Opposition, qui nourrit toujours l’espoir d’une candidature unique, devra plutôt faire le choix entre Félix Tshisekedi de l’UDPS et Vital Kamerhe de l’UNC ».

Pour LE POTENTIEL, « En l’absence de Bemba, officiellement disqualifié de toute prétention du fait de sa condamnation à la CPI pour subornation des témoins, Moïse Katumbi est dans l’obligation d’afficher ses préférences pour l’un ou l’autre candidat de l’Opposition encore en lice ».

Au sujet du débat sur l’usage de la machine à voter, « Des experts britanniques donnent leur quitus », titre L’AVENIR. Les experts britanniques de Westiminster fondation for democraty ont livré les conclusions de leur étude sur la machine à voter, rapporte ce journal.

A la CENI, on trouve ce rapport objectif et on ne constate pas les craintes de fraude ou de Ce rapport présente des points forts et des recommandations (qui sont déjà en grande partie en cours d’exécution à la CENI), surtout du côté sensibilisation et formation des témoins et observateurs des partis politiques et de la Société civile.

LE POTENTIEL pour sa part titre : « Une étude britannique remet en cause la fiabilityé des la machine à voter pour les élections du 23 décembre ».

Pour ce journal, « Désormais, en l’absene d’un consensusn, le scénario le plus probable est celui d’un report de la date du scrutin ».

B. Tsala/MMC


Autres titres

Revue de presse du vendredi 16 novembre

Deo

Revue de presse du jeudi 15 novembre 2018

Deo

Revue de presse du mardi 13 novembre 2018.

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus