fbpx
congosynthese.com

Retard dans la formation du gouvernement: L’ACAJ dénonce la mauvaise foi de la classe politique congolaise

L’Association Congolaise pour l’Accès à la justice (ACAJ), dirigée par Maître Georges Kapiamba a lors d’un point de presse tenu ce samedi, dénoncé l’incapacité et la mauvaise foi de la classe politique congolaise, visible à travers le retard inexpliqué que connait la formation du gouvernement de l’Union sacrée.

Cette association accuse les acteurs politiques de privilégier leurs intérêts égoïstes au détriment de ceux de la population.

 » Ils se battent bec et ongles, soit pour préserver leur présence au gouvernement, soit pour migrer du Parlement vers le gouvernement, soit enfin pour obtenir des portefeuilles ministériels substantiels qui leur permettraient d’en faire des distributeurs de billets ou des arrière-cours de leurs partis politiques et/ou familles », indique cette Association de défense des droits humains.

Elle note par ce fait, une prise en otage du peuple congolais par l’Union sacrée de la Nation supposée offrir au pays des nouvelles opportunités de la bonne gouvernance.

 » En effet, la décision de mettre fin à la coalition FCC-CACH, prise par le président de la République, était supposée offrir de nouvelles opportunités à la classe politique congolaise et donner au peuple une gouvernance exclusivement consacrée à la satisfaction de ses besoins essentiels…L’ACAJ constate malheureusement que cette union sacrée n’est qu’une simple mue de la coalition FCC-CACH ».

De cette réalité empirique désastreuse, le défenseur des droits de l’homme a décrié, comme l’ont fait certains, les appétits gloutons des acteurs politiques véreux qui ne voient que leurs intérêts.

Ainsi, Maître Georges Kapiamba appelle le président Félix Tshisekedi à constater de cette nouvelle classe politique, une incapacité de parvenir à la formation du gouvernement, même moins budgetivore, pour assurer le bien-être des congolais.

Après ce constat, propose l’activiste des droits de l’homme, que le président Félix Tshisekedi procède à la dissolution de l’Assemblée Nationale pour permettre au peuple de se choisir des hommes et femmes imbus d’un esprit d’Etat et patriotique.

Sinon, previent le coordonnateur de cette association, l’ACAJ en collaboration avec d’autres mouvements multiplieront des actions aux fins d’exiger la dissolution de l’Assemblée nationale.

 » Dans l’hypothèse où la classe politique persiste dans son irresponsabilité doublée d’arrogance, d’insouciance et d’égoisme, l’ACAJ, en accord avec les autres ONG et mouvements citoyens se réservent le droit d’en appeler, conformément à la Constitution, à des manifestations publiques ayant pour objectif d’obtenir la dissolution de l’Assemblée nationale ».

Jul A

Autres titres

Plateau Spécial en direct de BENI

deo

Beni/Attendu dans un meeting : Le chef de l’État congolais laisse la population dans une désolation au rond-point du 30 juin

deo

Urgent/ L’UNC se retire du Cach

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus