fbpx
congosynthese.com

Règle des changements : pourquoi la RDC ne sera pas sanctionnée

Après la qualification de la RDC aux barrages des éliminatoires du Mondial 2022, un débat s’invite dans les médias.

Certains médias estiment que la RDC pourrait être disqualifiée pour violation de la nouvelle règle sur les changements des joueurs.

En effet, si le sélectionneur national Hector Cuper a effectué cinq changements lors de cette rencontre, comme le limite nouvelle règle de la FIFA dans ce contexte de Covid-19, il n’a pas respecté un détail.

Selon cette règle qui amende la loi 3, les équipes ont droit d’effectuer jusqu’à cinq changements, mais à trois séquences. Or, le technicien congolais a opéré ses changements en quatre séquences (Kayembe entré 63′, Bakambu 74′, Muleka 84′ et Kayamba 90′). L’entrée de Kebano à la place de Kakuta ne peut être comptabilisée, car ayant intervenu à la mi-temps.

Elle n’arrête pas le jeu.

Eviter plusieurs arrêts de jeu est d’ailleurs l’objectif de ce détail de faire les changements en trois périodes.

La fédération béninoise peut-elle vraiment déposer une plainte, comme le suggèrent certains? La RDC peut-elle écoper d’une disqualification ? Reste à vérifier dans les prochaines heures. Mais d’emblée, deux grandes raisons plaident en faveur de la RDC.

La première : les changements sont toujours autorisés par le corps arbitral, en particulier le quatrième arbitre. Celui-ci avait la latitude de refuser le dernier changement des Léopards. Le fait de ne l’avoir pas fait suppose qu’il n’y voyait aucun inconvénient. Si jamais il a eu tort, l’éventuelle sanction pourrait le concerner et non la sélection congolaise.

La seconde raison est que Kayamba remplace Malango qui est sorti blessé. La loi 3 reste muette face à ce cas de force majeure. Mais dans une logique d’équité sportive, il est absurde d’admettre qu’une équipe termine la rencontre en infériorité numérique suite à une blessure, alors qu’elle a encore un changement à effectuer. Chaque règle ayant ses exceptions, surtout si l’arbitre a comptabilisé ce temps de changement pour les minutes additionnelles. Les Congolais peuvent donc se tranquilliser.

Autres titres

RDC : Felix Tshisekedi accueille 6 chefs d’État ce jeudi à Kinshasa

Patrice Kayembe

Kasaï-Central : « La situation de violences sexuelles et celle basée sur le genre est très préoccupante  » (Nathalie Kambala)

Patrice Kayembe

RDC : le Président sénégalais Macky Sall est arrivé à Kinshasa

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus