congosynthese

Recommandations de REEJER et ses partenaires sur la protection de l’enfant


Le Réseau des éducateurs des enfants et jeunes de la rue (REEJER) et ses partenaires ont recommandé, vendredi dans la salle «Biso bana» du REEJER, en la paroisse Christ-Roi à Kinshasa, la nécessité de garantir l’application effective de la loi n°09/001 du 20 janvier 2009 portant protection de l’enfant en particulier en assurant dès à présent et sans attendre la signature du décret portant organisation et fonctionnement du Conseil national de l’enfant et sa mise en œuvre tel que prévu dans l’article 75.

Selon l’assistant chargé des pools au REEJER, Denis Mabwa, la plate-forme de  la société civile protection  et de promotion des droits de l’enfant, organise depuis le 26 juin jusqu’ au 12 juillet 2019 en partenariat avec les structures nationales et  internationales notamment «Apprentis d’Auteuil», «Médecins du monde»,UNICEF, les ambassades de Canada et de France, la quinzaine de l’enfant  en marge de la célébration de la Journée internationale de l’enfant  africain.

Le REEJER, a-t-il dit, restitue son expérience de l’Examen périodique universel (EPU) tenu à Genève en mai 2019  pour renforcer  la dynamique de plaidoyer, dont les enfants eux-mêmes ont présenté les différentes recommandations et le bilan de l’EPU en RDC.

La délégation de la RDC a été conduite par la ministre des Droits humains, Marie-Ange Mushobekwa qui avait pris la parole lors de cette 33ème session de l’EPU, tandis que le REEJER a été représenté par son coordonnateur Rémy Mafu Lemba et la chargée de programme, Maggy Djokaba.

Il a été également soulevé dans ces recommandations, la nécessité d’assurer la mise en œuvre rigoureuse des normes en vigueur au sujet du phénomène des enfants dits « sorciers »afin que les adultes qui livreraient à toute incrimination d’enfants soient punis par la loi.

Il a été noté aussi  la nécessité de garantir dès à présent l’accès de façon inconditionnelle à l’attention d’indigence pour les enfants les plus vulnérables, en particulier les enfants en situation de rue, permettant l’accès gratuit à l’éducation et à la santé ainsi que la mise en œuvre des mesures spécifiques pour réduire les risques de santé liés aux grossesses précoces et pour assurer la réinsertion des jeunes mères dans le système éducatif.

Le gouvernement congolais se prononcera sur les 267 recommandations de l’EPU

Au cours de cette quinzaine de l’enfant, le REEJER et ses partenaires ont évoqué la pertinence de 267 recommandations adressées à la RDC lors du troisième Examen périodique universel (EPU) auxquelles le gouvernement congolais se prononcera en septembre prochain, lors de 42ème session du Conseil des droits de l’homme.

A la suite de la prise de position de l’Etat congolais, le REEJER appuyé par les différents partenaires, les structures internationales FAA et l’Apprentis Auteuil, tentera de collaborer avec le gouvernement pour la mise en œuvre effective de ces  recommandations  relatives aux droits des enfants.

La ministre des Droits humains avait abordé, lors de ce dialogue interactif le 07 mai 2019 à Genève, avec les délégations d’autres pays du monde, la problématique des enfants accusés de sorcellerie, une pratique non reconnue par la  loi en RDC.

L’EPU est un mécanisme pris par l’ONU d’examiner tous les quatre ans et demi avec tous les pays membres la situation des droits des enfants. Dans les différentes sessions, les Etats répondent non seulement à toutes les recommandations émises par ses pairs  mais aussi à fournir des données de mise en œuvre des recommandations précédemment acceptées.

A cet effet, les Etats peuvent accepter ou noter les recommandations mais pas les rejeter. Les réponses à chaque recommandation doivent être clairement expliquées par écrit  dans un document écrit par chaque Etat concerné, lequel document doit être soumis au  Conseil des droits de l’homme avant la session.

Pour les efforts d’ensemble relatifs au bien-être social des enfants

Les enfants vulnérables issus de différentes structures membres du REEJER de Kinshasa  ont, dans leur mot prononcé à l’issue de cette  quinzaine,  plaidé pour que  les efforts soient effectivement mis ensemble en RDC pour assurer le bien-être social des enfants, en général, et ceux en situation de vulnérabilité en particulier.

«Nous, les enfants, nous saisissons  cette opportunité pour dire merci à nos éducateurs, nos parents  pour votre engagement à notre cause », ont-ils dit,  rappelant à d’autres enfants et jeunes que l’avenir de demain est entre leurs mains. « Soyons attentifs  aux conseils des éducateurs  pour qu’ensemble avec eux nous puissions préparer notre avenir », ont-ils souligné.

La Journée internationale de l’enfant africain célébrée  le 16 juillet de chaque année en Afrique,  a été instituée en mémoire  du massacre des élèves de Soweto  qui étaient descendus dans la rue, le 16 juin 1976 pour protester contre la qualité inférieure de leur éducation et pour  exiger le droit de recevoir un enseignement dans leur propre langue. Le thème choisi cette année  2019, est intitulé : « Actions humanitaires  en Afrique, les droits de l’enfant avant tout ».

Cette activité a été aussi marquée par les témoignages des enfants de la rue réinsérés par le REEJER et les saynètes et la musiques, joués par les enfants.

Les acteurs de la société civile en matière de la protection et promotion des droits des enfants, les représentants des ambassades, des ONG internationales et structures urbaines ainsi que  la Police nationale congolaise ont assisté à cette activité. ACP

Loading...

Autres titres

Kinshasa-Bopeto : G. Ngobila a participé aux travaux d’assainissement sur la Place du Marché à Gombe

Deo

Goma : L’homme d’affaire congolais Vanny Bishweka vaque librement à ses occupations ,éclair son avocat Dunia J. Ruyenzi

Kabumba Katumwa

Inondation à l’Equateur : les besoins des victimes évalués à 10 millions USD

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus