fbpx
congosynthese.com

RDC : Roger Lumbala arrêté à Paris pour notamment le cannibalisme et massacre des civils

L’ancien chef de guerre congolais Roger Lumbala a été arrêté en pleine rue à Paris le 29 décembre par l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité (OCLCH).

A 62 ans, cet ancien seigneur de guerre congolais soupçonné par les Nations unies de massacres de civils mais aussi de viols, de torture, de cannibalisme et de pillages.

A l’issue d’une garde à vue de 96 heures, en partie passée dans une chambre sécurisée de l’Hôtel-Dieu en raison d’un état de santé précaire, M. Lumbala a été mis en examen samedi 2 janvier pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de crimes de guerre » et « complicité de crimes de guerre ».

Il sied de rappeler que les faits reprochés à l’ancien chef de guerre se sont déroulés entre 2000 et 2003 dans les provinces de l’Ituri et du Haut-Uélé, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC). A l’époque, Roger Lumbala est à la tête du Rassemblement congolais pour la démocratie-National (RCD-N), un mouvement rebelle soutenu par l’Ouganda voisin.

La deuxième guerre du Congo (1998-2003), un conflit régional meurtrier, fait rage. Le rebelle, qui règne par la terreur sur une région reculée et difficile d’accès, profite du conflit pour orchestrer l’exploitation des minerais (or et diamants notamment) et les tueries de civils, le braconnage d’éléphants, selon plusieurs témoins congolais et étrangers.

Les hommes du RCD-N ont également été impliqués dans l’opération Effacer le tableau lancée en octobre 2002 avec des éléments du Mouvement de libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba pour conquérir un territoire contrôlé par un groupe ennemi. Les équipes onusiennes évoquent, dans un rapport de février 2003, « un schéma de pillage, de meurtre et de viol comme tactique de guerre ».

P.K

Autres titres

Rejet de la demande d’audition du sénateur à vie Joseph Kabila

deo

Les députés provinciaux de l’UDPS prennent acte de la démission de Jean-Marc KABUND

deo

RDC: Rainforest et le Centre Pulitzer alertent sur le danger que court la forêt de Mangroves

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus