congosynthese

Présidentielle et législatives nationales 2018 : 21 et 15.355 candidats retenus par la CENI

Avec la publication de cette liste définitive par la CENI, depuis hier mercredi, la voie désormais balisée pour la campagne électorale qui, sauf changement, démarre le 22 novembre prochain
Par YHR

Le processus électoral en République démocratique du Congo aborde sa dernière ligne droite avec la publication, hier mercredi  19 septembre par  la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), de la liste définitive des candidats. Liste qui  officialise en fait l’exclusion de certains candidats de l’opposition qui aspiraient à la magistrature suprême, notamment Jean-Pierre Bemba Gombo, Moïse Katumbi, et Adolphe Muzito.  Quant aux deux autres opposants, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, ils figurent effectivement sur cette liste définitive où se retrouvent également le « dauphin » du président Joseph Kabila, Emmanuel Ramazani Shadary, et d’autres noms.

La liste définitive publiée hier par la CENI comprend 21 candidats pour la Présidentielle et 15.355 candidats pour la course à la députation nationale. Ainsi, la voie est désormais balisée pour la campagne électorale qui, sauf changement, va démarrer à partir du 22 novembre prochain, en vue des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales prévues le 23 décembre 2018. La  liste définitive publiée par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) est le résultat du traitement des contentieux par la Cour constitutionnelle.

A l’issue de ce traitement, Marie José Ifoku et Samy Badibanga Ntita, deux candidats rejetés par la CENI et repêchés par la Cour Constitutionnelle se sont ajoutés sur les 19 candidats de la liste provisoire. Quant à Jean-Pierre Bemba Gombo, Adolphe Muzito, Antoine Gizenga, Jean Paul Moka, sans surprise, ils  sont définitivement écartés de la course à la magistrature suprême. Pour la députation nationale, les réhabilités de la haute cour sont notamment Jean Claude Baende, Alex Kande, Lambert Matuku Memas, Henriette Wamu, José Endundo Bononge. Ils  font partie de la liste définitive de candidats députés nationaux.

Les élections combinées présidentielle, législatives nationales et provinciales auront lieu  le 23 décembre.
L’enjeu, c’est une première transition pacifique à laquelle aspire la RD Congo, le plus grand pays d’Afrique sub-saharienne, où les défis politiques et logistiques pour des élections voulues « crédibles, transparentes, apaisées » sont encore immenses.

Controverse autour de la machine à voter  

Le calendrier électoral se déroule toujours au jour près, malgré les tensions suscitées par la mise à l’écart de MM. Katumbi et Bemba et la controverse qui persiste sur la fameuse machine à voter. Moïse Katumbi, ancien gouverneur du Katanga et allié du président Kabila, passé à l’opposition fin 2015 et qui vit désormais  en exil à l’étranger depuis 2016, affirme avoir été empêché de rentrer en RD Congo, quand il s’est présenté début août au poste-frontière avec la Zambie.

Il est cité dans pas moins de 8 affaires judiciaires, bien que de nombreux observateurs donnent à  ses ennuis un caractère plutôt politique. Ex-chef rebelle et vice-président, la candidature de Bemba a été invalidée en raison de sa condamnation pour subornation de témoins par la Cour Pénale Internationale (CPI) qui l’avait acquitté de sa peine pour crimes de guerre et contre l’humanité.

Privée de deux de ses figures, l’opposition doit se choisir un candidat commun pour affronter Shadary. Mais elle n’exclut pas le boycott des élections, sur fond du refus de la controversée « machine à voter ». Transportées  vers la RDC via Matadi ou Dar es Salaam, en Tanzanie, ces machines produites par la société coréenne Miru System  doivent être  déployées « sans attendre la configuration définitive des bulletins de vote » annonce la centrale électorale.

Pour cette tâche, la CENI refuse toute aide extérieure, même celle de la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la Stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), présente depuis 20 ans en RDC, au nom de la « souveraineté nationale ». L’opposition et la société civile réclament l’abandon de ces machines, qu’elles surnomment « machines à tricher ou à frauder ». Des experts britanniques quant à eux épinglent  quinze risques à atténuer dans son utilisation. L’opposition critique aussi  les quelques 10 millions d’électeurs sans empreintes digitales sur le fichier, électoral qui comprend 40 millions de noms et qui a déjà été nettoyé de ses doublons.

En prévision des scrutins du 23 décembre, l’opposition promet d’en dire plus sur ses stratégies d’ici une réunion publique qu’elle annonce pour le 29 septembre à Kinshasa, après de récents conciliabules à Bruxelles, et une rencontre à Johannesburg avec le parti au pouvoir en Afrique du Sud, l’ African National Congress (ANC). A l’instar de l’ANC mardi, les partenaires de la RD Congo craignent « le chaos, l’instabilité et la violence » en cas d’échec du processus électoral, dans cet immense pays au cœur du continent.

Ce rassemblement sera un test sur le climat politique en RDC, où la plupart des manifestations sont interdites, sous prétexte que la campagne n’a pas encore commencé. Pourtant, les formations politiques proches du pouvoir ne se privent pas de se rassembler pour manifester leur soutien au candidat désigné par Joseph Kabila. Pour rappel, les élections ont déjà été reportées deux fois, fin 2016 et fin 2017.

La liste définitive des candidats présidents

– Seth Kikuni
– Kazadi Lukonda Ngube-Ngube
– Ngoy Ilunga Wa Senga Théodore
– Mba Maluta Joseph
– Tshiani Kabamba Mwadiamvita Noël
– Mabaya Gizi Amine
– Kin-Kiey Mulumba
– Matungulu Mbuyamu Ilankir Freddy
– Tshisekedi Tshilombo Felix
– Shekomba Okende Alain Daniel
– Radjabho Tebabho Soborabo
– Kamerhe Lwa Kanyiginyi Nkingi Vital
– Fayulu Madidi Martin
– Mpunga Mbomba Yves
– Mokia Mandembo Gabriel
– Masheke Ngerakueyi Syvain Maurice
– Ramazani Shadary Emmanuel
– Luntadila Diavena Charles
– Mvemba Francis
– Samy Badibanga
– Marie José Ifoku


Autres titres

Le retour de F. Tshisekedi à Kinshasa reporté

Ben

Kinshasa: La Police Annonce L’arrestation De L’auteur De La Mort D’un Des Étudiants Tués À L’Unikin

Ben

Rendez-vous demain à l’aéroport de N’djili. Félix Tshisekedi-Kamerhe : retour en duo à Kinshasa confirmé !

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus