fbpx
congosynthese.com

RDC : Mythe ou fin de l’ère Kabila ?

18 ans au sommet des institutions congolaises, Joseph Kabila s’en va, enfin. S’il ne s’agit pas d’un mythe, du moins, il y a bel et bien lieu de parler de la fin de l’ère Kabila. Vraisemblablement, une page de l’histoire se ferme ; une nouvelle page s’ouvre. Oui. Pour la toute première fois, au pays de Lumumba, un président élu succède à son  prédécesseur. Il n’est ni militaire, ni agent de l’ordre de la police congolaise, Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi, désormais cinquième président de la RD. Congo, vient de déloger Joseph Kabila, militaire de son état, du Palais de la Nation congolaise. L’opposant Martin Fayulu de la coalition LAMUKA récuse, quant à lui, le jugement indépendant de la Cour et s’autoproclame, lui, le vainqueur du scrutin tenu le 30 décembre 2018. Dans le chef de la population, un calme relatif s’observe depuis la sentence de cette plus haute instance judiciaire du Congo-Kinshasa. L’Afrique du sud, la Tanzanie, le Burundi, le Kenya sont les tout premiers pays à saluer la victoire du successeur de Joseph Kabila.

Le verdict de la Cour Constitutionnelle, tel que rendu public, le samedi 19 janvier 2019, tard dans la nuit, donnant ainsi raison à la CENI, a dû confirmer, comme c’était prévisible, le couronnement du président de l’Udps et candidat de la coalition politique, Cap pour le Changement, Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi. Joseph Kabila dont la famille politique, le FCC, a raflé la majorité des sièges à l’Assemblée nationale du Parlement congolais, cède, dans toute concorde, le fauteuil présidentiel à son successeur élu, de surcroit un opposant. A en croire l’almanach de la CENI, dès ce mardi, le leader de l’Udps/Tshisekedi prête serment pour prendre le fanion de commandement des institutions nationales.

Victoire saluée

De pays de Nelson Mandela à la République Burundaise, en passant par le Kenya  et la Tanzanie,  des messages de sincères félicitations ont été adressés au nouveau Chef de l’Etat congolais, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Evidemment, jusqu’ici, il est enregistré un silence du cimetière dans les officines de l’Union africaine qui, dimanche 20 janvier, a annulé son atterrissage dans la capitale congolaise qui était fixé pour ce lundi 21 janvier, après bien la sentence de la Cour Constitutionnelle congolaise, prononcée dans la nuit du samedi 19 janvier dernier.

L’Udps dit adieu à l’opposition

L’Udps, formation politique dite mère  de l’opposition congolaise, est finalement, aux commandes de la res publica en RD. Congo. Depuis plus de trois décennies, sa lutte aura été remarquable. Son principal leader historique, Etienne Tshisekedi Wa Mulumba qui, malheureusement, n’est plus de ce monde depuis le 1er février 2017, peut se réjouir à partir de l’au-delà de Dieu où il repose en paix, bon gré malgré le fait que sa dépouille mortelle n’est toujours pas inhumée à N’sele, dans une parcelle familiale, conformément  au protocole d’accord conjointement signé le 21 avril 2018 à Kin-plaza. Déjà, le Secrétaire général du parti, Jean-Marc Kabund confie que la victoire que vient d’arracher l’Udps de la rude compétition électorale du dimanche 30 décembre 2018 est d’office  dédiée à son Feu président, le  Sphinx de Limete, du reste, père biologique du nouveau locataire du Palais de la Nation et cinquième Chef de l’Etat congolais, Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi.

Jacques Kitengie

Autres titres

Denis Mukwege invite la population Congolaise à dénoncer les messages d’incitation à la haine

Redaction

3ème  Conclave sur la situation de paix en RDC : les Chefs d’Etat de l’EAC ordonnent l’application immédiate d’un cessez-le-feu

Redaction

Kasaï-Central : Des acteurs impliqués dans la lutte contre les VBG en atelier de validation du plan d’action provincial de lutte contre les violences basées sur le genre

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus