congosynthese

RDC : Mercy Corps s’implique pour améliorer l’accès à l’eau potable dans les villes de Bukavu et Goma

Quelques membres du gouvernement provincial du Nord-Kivu et les partenaires de Mercy Corps, après une séance d’échange. Photo/ congosynthese.com

Peut-être l’on s’achemine vers la fin des problèmes d’eau potable dans les villes Goma et Bukavu. L’organisation non gouvernemental Mercy Corps avec son projet Imagine lance des travaux pour la construction d’infrastructures  d’approvisionnement en eau potable en faveur de la population de ces deux capitales du sud et Nord-Kivu, révélation du gouvernement congolais et son partenaire Mercy corps.

L’ONG international Mercy corps tente de répondre maintenant à la problématique d’eau potable dans les villes de Goma et Bukavu, les travaux pour la construction d’infrastructures d’approvisionnement en eau potable en faveur de la population de la ville de Goma au Nord-Kivu et celle de la ville de Bukavu au Sud-Kivu  ont été lancés à Goma. Les activités ont été officiellement lancées par le ministre provincial Nord-Kivu des mines et hydrocarbures Anselme Kityakya. Ces travaux de 15 mois seront financés par la coopération britannique en appui au gouvernement de la république démocratique du Congo. Il s’agit de deux réservoirs d’eau qui seront construit au mont Goma coté Nord-Kivu et à Bushara.

Selon cette ONG internationale, ce projet permettra de réduire le nombre des enfants de moins  de 5 ans qui meurent en grande partie des maladies hydriques.

Un projet saluer par le gouvernement congolais, le ministre  des hydrocarbures au Nord-Kivu a remercié les partenaires pour ce projet qui sera exécuté en faveur de la population congolaise.

«  C’est un projet que le gouvernement provincial salut, parce que ça vient soulager l’un des grands mots auxquels sont confronter nos compatriotes de la ville de Goma. J’en appelle à tous à le soutenir car il va apporter des solutions durables aux probes  d’eau potable et nous éviter  les maladies hydriques », a déclaré Anselme Kitakya ministre provincial  des hydrocarbures dans le gouvernement Kahogya

Du coté de Mercy Corps bien qu’on soit confiant de réalisme de ce projet, certains des fis ne sont pas à écarter.il ajoute que ce projet permettra d’améliorer l’accès a en eau potable.

« Le projet imagine va servir à améliorer l’accès à l’eau potable pour réduire le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans dû aux maladies hydriques »précise à congosynthese.com Patrick Cantin, directeur du projet Imagine à Mercy Corps.

Il faut dire que le manque d’accès à l’eau potable, de structures d’assainissement et de pratiques d’hygiène représentent les principales  causes des plusieurs maladies notamment la diarrhée  en République démocratique du Congo. Dans le rapport de 2015 rendu public par l’Unicef, au moins 800 enfants dans le monde ont perdu la vie suite à la diarrhée. L’UNDP c’est à elle  d’ajouter qu’en RDC les trois quarts de la population n’a pas accès à l’eau potable pourtant le pays regorgerait plus de 50 pour cent des réserves africaines d’eau.

Signalons que le 18 octobre dernier, les jeunes du mouvement citoyens Lucha RDC Afrique étaient dans la rue de Goma pour protester contre le manque d’eau potable devenu rare dans cette ville touristique du Nord-Kivu.

La ville de Goma est bordée par un des plus grands réservoirs d’eau douce au monde, le lac Kivu, et il pleut en abondance. La majorité de sa population d’environ un million d’habitants attend cependant toujours d’avoir des robinets chez elle.

Justin KABUMBA

 

(Visited 7 times, 3 visits today)

Autres titres

RDC : 58 000 déplacés en difficultés à Beni

Deo

Elections en RDC: les procès-verbaux vierges se font toujours attendre

Deo

Leila Zerrougui, est préoccupée par la succession d’incidents graves qui entravent le bon déroulement de la campagne électorale en RDCongo

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus