congosynthese

RDC : Matata Ponyo accusé de semer le trouble au Maniema

Le gouverneur intérimaire du Maniema, Jérôme Bikenge, accuse l’ancien Premier ministre Augustin Matata Ponyo de semer le trouble dans la province. Dans une note envoyée à Henri Mova, vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur et de la Sécurité, Jérôme Bikenge affirme que Matata Ponyo s’oppose à la perception des taxes dans la ville de Kindu.

“L’ancien Premier ministre Matata, à la tête d’une foule de bandits armés des couteaux, haches et bâtons, a agressé des agents de la Régie financière du Maniema (DGRMA) et vient de récidiver aujourd’hui avec une barbarie inouïe, contre les mêmes agents qui procédaient paisiblement au recouvrement forcé des vignettes après avoir épuisé toute la procédure y afférente”,  dit Jérôme Bikenge dans sa note à Henry Mova Sakani.

Il a confirmé ses propos au téléphone d’ACTUALITE.CD

Il accuse également Matata Ponyo de “dénigrer” Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du Front Commun pour le Congo (FCC).

“Il s’est mis à dénigrer le Dauphin et à nous injurier, tout en demandant aux assujettis de ne plus payer la vignette car la voirie de Kindu était construite par lui et non par le Chef de l’Etat. Nous avons tous les supports électroniques de ce dossier et comptons vous les faire parvenir prochainement”,martèle Jérôme Bikenge.

Toutes les tentatives d’ACTUALITE.CD, ce lundi 8 octobre 2018, pour entrer en contact avec l’ancien Premier ministre n’ont pas abouti.

Stanys Bujakera T./actualite.cd


Autres titres

Nord-Kivu : Affrontements entre FARDC et miliciens Mai-Mai 6 morts ( Isale-Kanguta)

Kabumba Katumwa

Nord-Kivu : Manque d’eau potable à Goma : Les militants de la Lucha arrêtés par la police lors d’une marche

Kabumba Katumwa

« CLANDESTINS » PARTOUT : Les Congolais victimes d’un Etat fragile

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus