fbpx
congosynthese.com

RDC/ Massacres dans l’Est: la société civile sollicite l’instauration d’une journée commémorative

La partie Est de la République Démocratique du Congo est devenue le théâtre des massacres des populations à répétition.

Fort est de constater que pas un seul jour sans compter un mort dans une quelconque localité, ville ou village dans cette partie de la RDC.

Des massacres qui se perpétuent sous le regard des autorités congolaises et de la communauté internationale qui malgré les négociations n’arrivent pas à apporter la paix à ses différentes communautés déchirées par les affres de la guerre.

Témoins de ses événements malheureux, la société civile du Nord-Kivu demande au Chef de l’Etat Félix Tshisekedi d’instaurer une journée commémorative en mémoire de toutes ses personnes décédées à l’Est de la RDC, notamment à Beni et dans la province de l’Ituri

 » Nous craignons que les autorités actuelles ne falsifient l’histoire et, comme il n’y a aucune organisation commémorative à l’égard de nos victimes, nous craignons qu’un jour l’on ne nous dise qu’il n’y a jamais eu de massacres et que l’histoire puisse les oublier ainsi  » a fait savoir le vice-président de la société civile du Nord-Kivu joint par la Radio Onusienne

Edgar Mateso pense que ça pourrait apporter une partie des solutions.

« Ça signifierait que la question qui se passe chez nous attire l’attention du gouvernement », ajoute-t-il.

Edgar Mateso déclare craindre qu’un jour la falsification de l’histoire dans cette région. Mais il affirme qu’il est énervé de constater qu’il n’y ait aucune mobilisation nationale sur cette question des massacres de Beni et Ituri.

« On devrait sentir, par exemple, que les bourgmestres et les chefs de secteur sont en train de délivrer systématiquement les certificats de décès, les certificats d’inhumation aux personnes décédées » , dit-il.

Depuis le début de l’an 2021, les attaques attribuées aux ADF « ont déjà causé la mort de près de 200 personnes, en ont blessé des dizaines d’autres et ont déplacé environ 40.000 personnes au sein du territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu, ainsi que dans des villages voisins, au sein de la province d’Ituri  » a déclaré un porte-parole du HCR, Babar Baloch, lors d’un point de presse à Genève.

Les ADF, à l’origine des rebelles ougandais musulmans, ont fait souche depuis 1995 dans l’Est de la RDC.Ils n’attaquent plus l’Ouganda voisin depuis des années, vivant de trafics dans la région de Beni

Ce groupe armé est considéré comme le plus meurtrier parmi les 122 encore actifs dans l’est congolais.

E.M

Autres titres

Rejet de la demande d’audition du sénateur à vie Joseph Kabila

deo

Les députés provinciaux de l’UDPS prennent acte de la démission de Jean-Marc KABUND

deo

RDC: Rainforest et le Centre Pulitzer alertent sur le danger que court la forêt de Mangroves

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus