congosynthese

RDC : Martin Fayulu dénonce des « entraves » à ses déplacements après avoir été bloqué à Goma

En campagne dans l’est de la RDC, Martin Fayulu dénonce des « entraves répétées » à ses déplacements dans le pays. Dernier fait en date : le décollage de son jet privé a été retardé vendredi pendant plus de trois heures à Goma.

« Pourquoi ont-ils subitement peur de moi ? » interroge, dépité, Martin Fayulu. À bord de son jet privé, le candidat commun de la coalition Lamuka (Reveille-toi, en lingala), opposée au recours à la machine à voter, dit avoir été « bloqué » ce vendredi 7 novembre à l’aéroport de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, dans l’est de la RDC.

« Cela fait presque trois heures que nous attendons l’autorisation de décoller. Nous sommes là depuis 9 heures du matin alors que des Congolais nous attendent déjà à Bunia (Ituri) », dans la partie nord-est du pays, explique-t-il à Jeune Afrique, dénonçant des « entraves répétées » à ses mouvements depuis le début de la campagne électorale.

« C’est après plusieurs manœuvres que le jet privé loué par la coalition Lamuka a pu atterrir à Kinshasa le 4 décembre pour nous permettre de démarrer enfin notre campagne », raconte-t-il. « Deux autres avions sont toujours cloués au sol en Afrique du Sud. »

À l’en croire, ces « complications » le poursuivent désormais partout : « Ils ont retardé mon arrivée à Goma où un monde fou m’attendait. Idem le 5 décembre, à Beni, où j’ai atterri presque la nuit. Pourquoi n’empêchent-ils pas les autres candidats à se mouvoir librement ?»

À Goma, des sources aéroportuaires justifient le retard du décollage du jet privé de Martin Fayulu par des « contraintes de trafic ». Plusieurs autres avions étaient déjà « en train d’amorcer leur atterrissage » à l’aéroport.

« Nous n’avons vu aucun appareil atterrir », proteste le candidat de Lamuka dont le jet privé a finalement été autorisé, vers 12 heures locales, à décoller.

Katumbi menace
« Nous ne pouvons plus continuer à accepter cet acharnement », menace Moïse Katumbi, l’un de ses principaux alliés de la coalition Lamuka. « Le peuple doit commencer à se préparer à mettre en application l’article 64 de la Constitution ». Ce dernier, dans son premier alinéa, invite tout Congolais à « faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions » de la Loi fondamentale congolaise.

« Nous pourrons interpréter ces allusions à l’article 64 comme une invitation à la rébellion contre les institutions établies. D’autant que la même disposition interdit également toute tentative de renversement du pouvoir », prévient de son côté un membre du gouvernement congolais. Se dirige-t-on vers un nouveau bras de fer, à deux semaines du scrutin présidentiel, prévu le 23 décembre ?

(Visited 210 times, 1 visits today)

Autres titres

Lubumbashi: Conference de presse de Felix Tshisekedi

Deo

Shadary à Uvira, Bitakwira prévient les militants LAMUKA et CACH : « Avant de venir au stade, dites au-revoir à votre père et votre mère car vous n’êtes pas sûrs de rentrer à la maison »

Deo

Les Etats-Unis demandent à certains ressortissants de quitter la RDC

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus