congosynthese

RDC : le projet du budget de l’Etat 2019 se chiffre à 5,9 milliards USD

Le projet du budget de l’Etat pour l’exercice 2019 se chiffre à 10 352,3 milliards de francs congolais (CDF). Appliqué au taux de change moyen de 1 747,8 CDF le dollar, il représente l’équivalent de 5,923 milliards USD. Equilibré en recettes et en dépenses, ce projet de loi des finances accuse un taux de régression de 0,01% par rapport à son niveau de 2018, soit de 10 353,2 milliards CDF. Il a été approuvé en Conseil des ministres du mardi 2 octobre 2018. Bruno Tshibala le transmet, ce mercredi 3 octobre 2018 à l’Assemblée nationale.

D’après le compte – rendu du Conseil des ministres, le ministre d’Etat, ministre du Budget a présenté les grandes lignes du projet de Loi des Finances de l’exercice 2019. Ce projet de Loi, qui découle du cadre budgétaire à moyen terme, se fonde sur les mesures d’encadrement définies dans la lettre d’orientation budgétaire 2019 et sur les directives de la circulaire relative à la Loi des finances 2019.

Agrégats du cadrage macroéconomique

Le ministre d’Etat, Pierre Kangudia a également révélé les indicateurs ayant servi à l’élaboration du budget de l’Etat de l’exercice 2019. Il s’agit notamment du :

  • Taux de croissance du PIB : 5,6%
  • Déflateur du PIB : 7,2%
  • Taux d’inflation moyen : 12,4%
  • PIB nominal : 96.678 milliards de Francs Congolais

Configuration des recettes

  • Recettes du Budget général : 9.604,9 milliards de Francs Congolais contre 8 927,9 milliards de CDF notés en 2018, soit un taux d’accroissement de 7,6%.
  • Recettes des budgets annexes : 169,7 milliards de Francs Congolais contre 917,2 milliards de CDF en 2018, soit une régression de 81,5%
  • Recettes des comptes spéciaux : 577,8 milliards de Francs Congolais contre 508,1 milliards de CDF notés en 2018, soit un taux d’accroissement de 13,7%.

“Les recettes du budget général comprennent les recettes internes de 8 443,9 milliards de CDF et les recettes extérieures de 1 161,0 milliards de CDF. Les recettes internes sont constituées des recettes courantes de l’ordre de 8 293,9 milliards de CDF, soit un accroissement de 25,6% et les recettes exceptionnelles de 150,0 milliards de CDF, soit un accroissement de 100% par rapport aux prévisions de 2018”, a précisé le compte-rendu.

Configuration de dépenses

  • Dépenses du budget général : 9.604,9 milliards de Francs Congolais contre 8.927,9 milliards deCDF votés en 2018, soit un accroissement de 7,6%,
  • Dépenses des budgets annexes : 169,7 milliards de Francs Congolais contre 917,2 milliards de CDF votés en 2018 soit une régression de 81,5%,
  • Dépenses des comptes spéciaux : 577,7 milliards de CDF contre 501,1 milliards votés en 2018, soit un accroissement de 13,7%.

Quant aux dépenses du budget général, elles comprennent : la dette publique et les frais financiers pour 608,5 milliards de CDF ; les rémunérations pour 3 565,4 milliards CDF (soit 37,7% d’accroissement aux prévisions de 2018 situées à 2 590,0 milliards CDF et 43,0% des recettes courantes).

Ce qui, d’après le gouvernement, dépasse largement les critères de convergence macroéconomique de la SADC en matière de soutenabilité budgétaire, fixés à 35% au maximum.

Parlant du contexte de son élaboration, Pierre Kangudia a indiqué qu’en 2019, le cadre macroéconomique devrait rester stable, avec une croissance économique de 5,6% contre 4,2% estimée pour 2018.

“La stabilité du marché de change devrait se poursuivre en 2019 avec une dépréciation attendue de 4,98% contre 7,10% en 2018. Le taux de change moyen annuel se situerait à 1747,8 FC/USD et celui fin période pourrait atteindre 1790,3 FC/USD. Dans ces conditions, la décélération du rythme de formation des prix intérieurs enregistrés en 2018 devrait se poursuivre en 2019, avec un taux d’inflation fin période projeté de 11,2% contre 13,6% en 2018”, a – t – il précisé.

Ce projet du budget était très attendu par les élus du peuple depuis l’ouverture de la session budgétaire le 15 septembre 2018. Les deux présidents avaient demandé au gouvernement de faire diligence pour respecter le délai constitutionnel pendant que le gouvernement était déjà inscrit dans cette démarche.

Eric TSHIKUMA | Zoom Eco


Autres titres

Signature à Kinshasa de l’Accord de développement exclusif du projet Inga III

Deo

Fonction publique: Ministres et DG à la chasse aux 4×4

Deo

Le gouvernement adopte les projets de décret portant création du Fonds National de l’Habitat et de l’Agence congolaise de promotion immobilière

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus