fbpx
congosynthese.com

RDC: Le démarrage des travaux à l’Entreprise Générale du Cobalt se fait toujours attendre

Dans le souci d’améliorer les conditions des creuseurs miniers, le gouvernement congolais a créé l’Entreprise Générale du Cobalt (EGC) par décrets 19/15 et 19/16 du 5 novembre 2019.

Désormais, l’EGC, en tant que filiale de la Gécamines, détient le monopole de l’achat, du traitement, de la transformation, de la vente et de l’exploitation du Cobalt en RDC.

C’est dans ce cadre que l’EGC a signé un accord de prêt de financement avec la firme internationale Trafigura qui accompagnera l’entreprise, de la production du Cobalt jusqu’à la vente auprès des acheteurs finaux.

« En décrétant le monopole d’achat, de transformation et de commercialisation du cobalt artisanal par l’Entreprise Générale du Cobalt, du contrôle et de la régulation du secteur par ARECOMS, « l’Etat s’est attaqué de front à un système que l’on peut qualifier de quasi mafieux de l’exploitation du cobalt artisanal congolais ». Désormais, tout le cobalt artisanal congolais sera acheté par EGC, sera transformé par EGC et sera commercialisé par EGC », déclarait Albert Yuma lors de la cérémonie officielle du lancement des activités de l’EGC en mars 2021.

Fort malheureux de constater que malgré le décret, malgré tous les efforts et l’espoir que ce projet suscite auprès des artisans miniers, l’EGC peine à démarrer effectivement ses travaux dans le site minier.

Le site de Kasulo, situé à Kolwezi dans la province du Lualaba, est le premier a être choisi pour l’exploitation, mais il est actuellement occupé par une firme chinoise CDM

 » C’est qui bloque aujourd’hui l’EGC ce sont des contraintes des politiciens. L’EGC a sélectionné le site de Kasulo. Ce site est actuellement occupé par CDM une société chinoise. Il faut qu’elle évacue. C’est ce qui nous empêche de démarrer nos travaux. Nous ne comprenons pas, les autorités ne demandent pas clairement à cette société d’évacuer », a fait savoir une source de l’EGC.

A l’EGC, on veut que l’État applique rigoureusement la loi, conformément aux décrets 19/15 et 19/16 qui réservent le monopole d’achat artisanal du Cobalt à l’EGC.

En date du 17 au 18 août de l’année en cours, une équipe de l’EGC et de la FEC ont visité les sites de Kawama et Tiluezembe pour évaluer l’activité artisanale.

Les conclusions de cette visite révèlent que les creuseurs miniers sont exploités, le salaire le plus élevé revient à 220.000 francs congolais le mois.

L’on estime entre 1 à 2 millions de congolais qui dépendent directement ou indirectement de la production artisanale de cobalt en RDC.

La République démocratique du Congo regorge 80% de la réserve mondiale du Cobalt sur son seul territoire. D’ici à 2026, le cobalt sera reconnu comme étant le produit de base le plus stratégique au regard de l’émergence notamment des véhicules électriques et le taux de pénétration qui atteindra 27%. D’où, la nécessité que l’Entreprise Générale du Cobalt prenne le contrôle du processus d’exploitation artisanale de ce minerais stratégique pour améliorer les conditions de travail des creuseurs artisanaux et protéger les populations vulnérables. L’EGC se fixe entre autres objectifs, l’augmentation des revenus de l’exploitation minière artisanale.

Elysée Mafu

Autres titres

F.Kalombo à Peter Kazadi : « S’il pense que Moïse Katumbi combat l’Union sacrée de l’intérieur, qu’il le chasse »

Patrice Kayembe

MESSAGE D’ALERTE DE LA CENCO

deo

Ceni: Denis Kadima investi par le président Félix Tshisekedi

Juliette Aloki

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus