fbpx
congosynthese.com

RDC : « L’appel du président Mboso va au delà d’indexer un groupe d’individus » Jean-Marc Kabund

Le Premier vice-président de l’Assemblée Nationale, Jean-Marc Kabund a réagi par rapport aux propos tenus ce Lundi par Mboso N’Kodia devant les députés nationaux au sujet la situation sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Lors de la plénière, le président de la chambre basse du parlement a appelé les élus nationaux issus du grand Kivu, d’arrêter de collaborer avec les groupes rebelles qui sèment la terreur à l’Est du pays.

 » Je vais parler de ça. Je vais vous demander de quitter les groupes armés. Vous les collègues du Grand Kivu, quittez les groupes armés, je vais le dire », a dit le président de l’Assemblée nationale aux députés.

Des propos que Jean- Marc Kabund déclare dépasser un simple groupe d’individus. c’est une façon pour le président Mboso de demander à toute personne qui serait de mèche avec les groupes armés, d’arrêter cette collaboration.

 » C’est un appel qui va dans le sens d’interpeller toute personne qui serait derrière les massacres dans l’Est de se retirer, car le bureau de l’Assemblée nationale ne va protéger personne », a-t-il éclairci.

Le premier vice-président de l’Assemblée Nationale explique que ces propos du président ne vont pas dans le sens d’indexer un groupe d’individus.

 » Comme vous le savez tous Honorables députés, la situation de l’Est plonge le débat dans tous les sens. Chaque personne a son interprétation, chaque personne donne sa version des faits. Nous avons promis de nous entretenir avec plusieurs personnalités dans le cadre du bureau. Les versions que nous avions entendues, nous ne pouvions pas les mettre sur la place publique. Je ne peux pas vous dire ici ce qui nous a été rapporté par les services des renseignements, par non seulement les services des renseignements congolais mais aussi les pays occidentaux qui ont plus de moyens pour mener des investigations. Je crois que l’appel du Président Christophe Mboso va dans un sens au-delà d’indexer un groupe d’individus, parce qu’il sera demandé des preuves à gauche, à droite (…) Quand on est congolais, on a l’âme, on est patriote, on ne peut pas être congolais et participer à la destruction de son propre pays où s’adonner à des actes de criminalité comme ça se passe à l’Est ».

Kabund prévient que l’implication de l’un des élus nationaux ne fera pas l’objet de la protection du bureau de l’Assemblée Nationale.

« C’est normal que le Président Mboso Nkodia interpelle ceux qui entre guillemets seraient derrière ces histoires-là. Parce que nous ne voulons pas ici vous dire, c’est une question d’État, question de sécurité, nous ne sommes pas appelés à dévoiler tout. Son intention était d’interpeller toute personne, acteur politique, acteur de la société civile, militaire, qui seraient derrière tout ce qui se passe à l’Est de se retirer, et ça c’est clair qu’il y a des gens qui tirent des ficelles dans tout ce qui se passe à l’Est. Tout ce que nous disons c’est que, demain, lorsque les gens seront interpellés, notre bureau ne sera pas là pour protéger qui que ce soit », a-t-il prévenu.

Tout ceci pour demander aux compatriotes congolais qui collaborent, de près ou de loin, avec les groupes armés et les groupes terroristes toujours actifs à l’est de notre pays, de les quitter définitivement pour prouver leur attachement à la patrie et leur amour pour notre peuple.

 » Il ne faut pas que les congolais se montrent complices de ceux qui tuent et massacrent à longueur des journées nos sœurs et nos frères », a déclaré Mboso N’kodia.

Jul A

Autres titres

RDC/Insécurité à l’Est: l’Assemblée nationale a mise en place une commission d’enquête

deo

L’arrivée des nouveaux véhicules de la Monusco en provenance de l’Ouganda à la base de la paralysie des activités à Beni

deo

RDC- Insécurité à l’Est/ Le Président Félix Tshisekedi a échangé avec Antonio Guterres

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus