fbpx
congosynthese.com

RDC: La FAO accompagne le gouvernement dans le lancement de l’évaluation du système alimentaire

Le processus d’évaluation du système alimentaire de la République démocratique du Congo a été lancé par le gouvernement en partenariat avec l’Organisation des Nations-unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), l’Union Européenne (UE) et le Centre français de recherche agronomique et de coopération internationale (CIRAD).

Cette opération entre dans le cadre du Dialogue national et global sur les Systèmes alimentaires. Elle a pour objectif d’identifier les principales contraintes du système et de mettre en lumière les points d’accès pour des politiques innovantes et des investissements clés en vue de la transformation durable des systèmes alimentaires.

L’évaluation des systèmes alimentaires nationaux trouve sa plus grande importance en RDC, où la grande majorité de la population vit en milieu rural constituant plus de 70% du territoire, et est principalement active dans l’agriculture familiale et de subsistance, dans une pauvreté extrême.

Selon la FAO, en RDC, les systèmes alimentaires tels qu’ils fonctionnent, ne parviennent pas à nourrir sainement toutes les populations et à garantir un mode de vie convenable pour tous les acteurs tout en préservant l’environnement.

Ces systèmes sont confrontés à plusieurs défis en matière d’alimentation, de technologie, d’urbanisation et de changement climatique entraînant l’insuffisance de nourriture qui provoque la double charge de l’obésité et de la malnutrition au pays.

En outre, les inégalités et déséquilibres économiques et territoriaux sont tels que les systèmes alimentaires actuels ne génèrent pas des revenus équitables pour tous les acteurs, en particulier les petits producteurs, qui se retrouvent prisonniers d’un cercle vicieux de précarité et de pauvreté.

Raison pour laquelle, pour vaincre la pauvreté,  » le président de la République Félix Tshisekedi a fait de l’agriculture un pilier primordial des actions du gouvernement, en investissant les recettes des exportations minières dans l’agriculture de transformation « , a expliqué Julie Tshilombo, Coordonnatrice Adjointe à la Coordination des Ressources Extérieures et du Suivi des Projets (CRESP/Présidence).

Ainsi, le processus d’évaluation de système alimentaire se déroulera selon quatre étapes dont la définition du cadre général du système alimentaire, l’identification des données clées relatives à ce système, la consultation des acteurs du système pour dégager les problèmes et enfin l’analyse des informations recueillies et l’élaboration du rapport final.

Les équipes-pays, dirigées par le gouvernement et appuyées par les délégations de l’UE, les représentants de la FAO et du CIRAD, sont en charge du processus.

Selon Aristide Ongone Obame, Représentant de la FAO en République démocratique du Congo  » la consultation est une opportunité de présenter les données qui se dégagent de l’analyse des systèmes alimentaires nationaux, de discuter des contraintes qui empêchent leur bon fonctionnement, et de mettre en exergue les points d’appui potentiel aux investissements pour les rendre plus durables ; résilients et inclusifs « .

C’est dans ce sens que plusieurs consultations impliquant différentes parties prenantes des systèmes alimentaires congolais ont été organisées au niveau de la République démocratique du Congo.

Les résultats de ces concertations seront présentés au Sommet Mondial des systèmes alimentaires convoqué par le Secrétaire- général de l’ONU, Antonio Guterres, en septembre 2021, afin de guider les actions futures dans le cadre les dialogues nationaux sur les systèmes alimentaires.

Jul A

Autres titres

RDC : le Président sénégalais Macky Sall est arrivé à Kinshasa

deo

Le Président Félix Tshisekedi appelle ses homologues africains à s’approprier le projet de production des batteries électriques

deo

Congo hold up : Le bâtonnier Tharcisse Matadi appelle les concernés à réagir

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus