congosynthese
  • Home
  • Actualité
  • RDC : Et si, finalement, c’était Gizenga le vrai candidat ?
Actualité Uncategorized

RDC : Et si, finalement, c’était Gizenga le vrai candidat ?

Emmanuel Shadary Ramazani intronisé par la « Kabilie » sera-t-il encore en course pour la présidentielle en décembre prochain?

La question peut surprendre mais plusieurs témoignages laissent planer un doute.

D’abord parce que s’il fallait choisir un dauphin vraiment crédible, d’autres candidats de la majorité auraient sans aucun doute été mieux placés que cet ancien gouverneur du Maniema. Dans les derniers sondages, les Matata et Minaku flirtent allègrement avec les… 1% des intentions de vote. Shadary ne devrait pas faire mieux. Pas vraiment un argument en sa faveur… même si, évidemment, le pouvoir en place peut toujours espérer un coup de pouce de la « machine à voter ».

Tirs dans les églises

Qui plus est, l’ancien ministre de l’Intérieur est toujours sur la liste des personnes sanctionnées par l’Union européenne pour son rôle dans les exactions commises, notamment, au Kasaï (42 fosses). Personne n’a oublié non plus qu’il occupait toujours ce poste lors des marches pacifiques des chrétiens congolais de décembre 2017, janvier et février 2018. Des marches pacifiques qui ont été réprimées violemment et lors desquels les forces de sécurité, qui dépendaient donc de lui, n’ont pas hésité à tirer à balles réelles sur des chrétiens à l’intérieur des églises.

Un passé récent difficile à supporter pour un candidat-président même si l’Union européenne n’a pas soulevé ce point lors de l’annonce de la candidature de Shadary. « Cela aurait été considéré comme une ingérence. L’Europe savait qu’elle ne pouvait pas se permettre une quelconque prise de position. Tout le monde s’est en fait contenté de saluer le départ de Kabila sans évoquer ni la personnalité, ni le parcours de Shadary », explique un politicien congolais qui s’attend « malgré tout à ce que certains officiels relèvent, le moment venu, le passé de ce Monsieur qui n’a pas hésité à faire ouvrir le feu sur ses compatriotes désarmés. »

Gizenga candidat

Dans le camp des alliés de la majorité présidentielle, certains ont été surpris qu’Antoine Gizenga, 92 ans, soit candidat. « Certes, le Palu, son parti, avait annoncé qu’il présenterait un candidat. Mais l’état de santé du patriarche laissait penser que le candidat de ce parti serait plutôt Kabwelulu, le ministre des Mines. Il est en poste depuis 2007, il connaît les principaux dossiers économiquement sensibles et aurait pu chercher le soutien des miniers qui sont quand même des poids lourds de l’économie congolaise », explique notre homme politique.

Ce qui étonne plusieurs témoins de la situation congolaise, c’est que le « patriarche » se soit inscrit malgré son état de santé qui devrait lui interdire de concourir. « Il a passé plusieurs semaines en Belgique pour se faire soigner en début d’année. Ce n’est pas rassurant. Il est possible, ce devrait même être une évidence, que sa candidature ne soit pas validée parce que la loi électorale prévoit qu’un candidat à la présidentielle doit être en bonne santé », disent en substance plusieurs témoins qui s’étonnent tous de sa candidature et qui rappellent que le scénario d’un Gizenga président pour quelues mois était la piste privilégiée par Kabila lui-même avant que Gizenga ne rencontre de solides problèmes de santé.

Le fait qu’il revienne dans le parcours, doublé de la candidature de Shadary, laisse donc la place à toutes les supputations.

Et si finalement, le candidat de la majorité présidentielle se retirait au dernier moment au profit de Gizenga ? « Si Kabila voit que Gizenga tient le coup, il ne serait pas étonnant que Shadary se retire, ce qui pourrait expliquer le choix de l’ex-ministre de l’Intérieur. Le pouvoir en place cherche d’abord et avant tout un candidat qui ne dérange personne et qui lui obéit au doigt et à l’oeil. Si Gizenga fait un candidat acceptable, il sera le candidat. Shadary n’aura rien à dire, il n’est candidat que par la volonté de Kabila. Si ce dernier décide de l’écarter, il devra suivre. Il n’a pas les moyens de mener campagne et sans l’appui du pouvoir et de la Ceni, il n’a aucune chance. N’oubliez pas que Kabila n’a confiance en personne. Son vrai allié, c’est Gizenga et, surtout, ses 92 ans et son état de santé chancelant », termine un autre témoin de la vie politique congolaise.

LA LIBRE


Autres titres

Herman Cohen appelle à la candidature de Moïse Katumbi et au «remplacement» de Corneille Nangaa à la tête de la CENI

Deo

Sommet de Luanda : les chefs d’Etat envisagent une action régionale contre les forces négatives en RDC

Deo

Sommet régional à Luanda mardi sur la RDC et le Soudan du Sud (AFP)

Deo

Laisser un commentaire

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus

Login

Do not have an account ? Register here
X

Register