congosynthese

RDC : Au moins 300 ex-combattants rebelles FDLR cantonnés à Kanyabayonga proposent un dialogue avec Kigali avant qu’ils retournent au Rwanda

Les rebelles Rwandais FDLR sur le sol congolais

En territoire de Lubero dans la cité de Kanyabayonga province du Nord-Kivu  à l’Est de la république démocratique du Congo, au moins 300 ex-combattants rebelles de la Force démocratique pour la libération du Rwanda (FDLR) cantonnés à Kanyabayonga  disent non de leur retours au Rwanda sans aucun dialogue avec le gouvernement de Kagame, bien que le moratoire fixé par les chefs d’Etats signataires de mécanisme régional de suivi  de l’accord cadre d’Addis-Abeba sur le retour volontaire  a été  expiré depuis  le 20 octobre dernier, ces rebelles appellent Kigali à un dialogue pacifique . Pour la société civile locale, la présence prolongée de ces ex-rebelles dans cette cité depuis plus de deux ans maintenant constitue une menace sérieuse pour la sécurité de la province en générale  et du territoire de Lubero en particulier. Les autorités rassurent que toute est mise en œuvre pour la sécurisation de la zone et le processus lié au rapatriement  volontaire de ces ressortissants du Rwanda  est en cours.

 

En dépit de l’expiration du moratoire le 20 octobre dernier comme fixé par les chefs de l’Etats des pays membres signataires du mécanisme régional de suivi de l’accord cadre d’Addis-Abeba sur le retour volontaire des ex-combattants de la Force Démocratique pour la Libération du Rwanda (FDLR) dans leur pays d’origine le Rwanda , un flou plane sur ledit processus .Du côté de la république démocratique du Congo , de l’union africaine , ainsi donc  des autres organisations régionales , comme la Communauté de Développement d’Afrique Australe (SADEC) en sigle   et la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL) , aucune avancée  dans ce dernier .Silence total de la part des autorités congolaises et des toutes ces organisations régionales, situation qui inquiète de plus en plus la société civile locale.

Cette structure citoyenne affirme que la présence de ces ex-rebelles Rwandais FDLR à Kanyabayonga constitue une menace sérieuse pour la sécurité de la province du Nord-Kivu.

« Nous comme société civile de Kanyabayonga nous avons alerté toutes les autorités provinciales tant que nationales. Notre crainte est que, tous, nous savons que ces FDLR  sont des militaires, ils sont à côté de la population ils peuvent commettre des exactions à n’importe quand, »déclare  le président de la société civile de Kanyabayonga  Alfred Kambale.

Comment vive la population dans ce flou à Kanyabayonga.

Contacter l’administrateur du territoire de Lubero précise que la situation reste calme à Kanyabayonga et ses environs  en dépit de l’expiration de ce moratoire. Nyembo wa Nyembo Richard précise qu’il s’est rendu personnellement dans la cité de Kanyabayonga pour s’enquérir de la situation.

« J’ai pris contact avec les personnels de DDDRR de la Monusco qui gère le champ de ces ex-rebelles, on a discuté que  la mission onusienne  devrait continuer  à faire la prise en charge de ces ex-combattants FDLR jusqu’à nouvel ordre,» a déclaré l’administrateur du territoire de Lubero Nyembo wa Nyembo Richard Joint au téléphone par congosynthese.com

Le même propos  a été confirmé par le responsable  de la section de DDDRR  de la Monusco  à Goma sans d’autres détails.

Que pense Kinshasa à propos de cette question

Au niveau du Gouvernement congolais, la question  de rapatriement de ces ex-rebelles FDRL reste d’actualité  et les opérations sont en cours sans préciser leur nature a dit Patient Chirimwami  conseilleur au bureau du représentant du chef de l’Etat  congolais dans le mécanisme régional de suivi  de l’accord cadre d’Addis-Abeba. Il a également affirmé qu’au cours  de la 9eme réunion de haut niveau tenue à Kampala  en date du 8 octobre dernier , la même question a été débattue  par tous les délégués à cette rencontre. Patient Chirimwami a affirmé cependant que les stratégies prises  par tous les délégués ne peuvent pas être divulguées sur les medias, avant de souligné que le Rwanda a déjà accepter sans condition le retour de tous ces ex-combattants FDLR  dans leur pays.

Rappelons que plus de 300 combattants cantonnés à Kanyabayonga  conditionnent leur retour au Rwanda par un dialogue avec le gouvernement de Kigali.

Justin KABUMBA

 


Autres titres

RDC-Présidentielle : Vers une nouvelle coalition intégrant les opposants qui soutiennent Fayulu

Deo

Machine à voter : Le Royaume-Uni encourage la CENI à appliquer les recommandations de Westminster Foundation

Deo

Elections : l’UNC décide de faire cavalier seul

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus