congosynthese

Processus électoral : Nangaa tenu de faire rapport à l’Assemblée nationale

Le président de la CENI attendu à la Représentation nationale suite à une motion d’ordre soulevée par le député Henri-Thomas Lokondo

Le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) est attendu à l’Assemblée nationale pour présenter le rapport de l’évolution des activités de cette institution d’appui à la démocratie.

Corneille Nangaa se présentera devant les députés nationaux lors d’une séance plénière sur invitation du Bureau de la Représentation nationale qui a pris acte de la recommandation formulée à cet effet par le député Henri-Thomas Lokondo.

Dans une motion d’ordre soulevée lundi dernier, cet élu du peuple a rappelé que le dépôt et la présentation du rapport de la CENI à l’Assemblée nationale sont inscrits dans le calendrier de la dernière session parlementaire de la deuxième législature de la troisième République en cours.

Il s’est étonné de constater que, jusqu’à ce jour, le Bureau de la  Chambre basse n’a pas encore programmé cette question pour permettre à l’Assemblée plénière d’en débattre et de faire des recommandations nécessaires.

« Le président de la CENI va partout pour parler de l’évolution des activités de son institution… sauf à l’Assemblée nationale qui l’a pourtant investi et à laquelle il est sensé rendre compte », s’est exclamé Henri-Thomas Lokondo.

Réagissant à cette requête par l’entremise de son deuxième vice-président, Remy Masamba, qui dirigeait la séance plénière en lieu et place d’Aubin Minaku empêché, le Bureau a réitéré son engagement à faire appel au concerné.

Il était temps que le peuple congolais demande des comptes au « Tout puissant Nangaa » qui, une fois, a même déclaré n’avoir de comptes à rendre à personne. Il se croit tout permis, au point de narguer des candidats président de la République à qui il a imposé sa machine à voter.

L’homme qui croit garnir ses épaules de galons supérieurs à niveau, est allé jusqu’à chasser ces présidentiables de la réunion technique tenue le 10 octobre 2018, comme des malfrats.

Refus aveugle de l’aide de la communauté internationale

L’arrogance du n°1 de la Ceni va jusqu’au refus de l’aide de la communauté internationale au processus électoral. Pourtant, des experts ne cessent de tirer la sonnette d’alarme pour dire que, « techniquement, il est impossible de tenir les élections cette année ».

La Monusco a alloué 24 aéronefs à la RDC, pour couvrir l’ensemble de la RDC, mais cet appui a été refusé. La Ceni se contente jusque là de ses 18 aéronefs, 471 véhicules et 1 500 motos.

Or, pour les 26 provinces à la taille d’autres pays d’Europe et d’Afrique, ces engins sont de loin insuffisants pour répondre aux besoins de la Commission électorale nationale indépendante.

Dans un autre registre, on se demande quand est-ce que ces 471 véhicules et 1 500 motos passeront-ils par le contrôle technique pour mieux sillonner dans les coins et recoins du pays ?

La planète entière sait pertinemment bien que l’état des routes, dans la capitale comme à l’intérieur du pays, est plus que catastrophique. D’où, pour affronter cette équation, un contrôle technique s’impose.

Tous ces éléments mis ensemble poussent d’aucuns à développer une certaine incertitude de la tenue du scrutin à la date fixée par la Ceni dans son calendrier du 5 novembre 2017.

Les élus du peuple doivent prendre en compte tous ces paramètres pour avoir de l’éclairage et des assurances de Corneille Nangaa qui, jusqu’à ce jour, ne jure que sur la date du 23 décembre 2018 pour se rendre aux urnes.

Par Marcel Tshishiku


Autres titres

Vient de paraître : «Plaidoyer pour une bonne gouvernance et le développement de la Rd. Congo» de Matata Ponyo

Deo

Accord de Coalition Politique des Forces de L’Opposition LAMUKA

Deo

Exclusif – RDC : Voici l’accord mort-né de Genève sur le candidat commun de l’opposition

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus