congosynthese

Procès Dolly Makambo : Une procédure inconstitutionnelle ( Théodore Ngoyi)

Théodore Ngoyi, chef du collectif des avocats Dolly Makambo, ministre provincial de l’Intérieur de Kinshasa a dénoncé, samedi 2 novembre 2019, le recours à la procédure de flagrance dans le procès de son client.

La notion de flagrance est en porte-à-faux avec le combat du président Félix Tshisekedi, a-t-il rappelé.

Selon l’ancien candidat à l’élection présidentielle, la procédure de flagrace à laquelle a été soumis le procès Dolly Makambo met dans une situation embarrassante le combat de Félix Tshisekedi, consistant à faire de la RDC un véritable État de droit.

En clair, Théodore Ngoyi met en cause l’ordonnance loi ayant institué la procédure de flagrance, en évoquant, non seulement le contexte de dictature de l’époque, mais aussi son abrogation ainsi que son caractère administratif qui énerve la constitution.

Théodore Ngoyi a relevé que ni lui ni son client, personne n’a eu accès au dossier avant le début des auditions. Par la même occasion, il a demandé aux juges de dire le droit en lieu et place de favoriser ceux qui voudraient faire de ce dossier, un procès politique où il faut régler des comptes.

L’avocat du ministre Makambo a demandé à l’instance qui traite ce dossier de sursoir en attendant que la cour constitutionnelle puisse statuer sur la conformité ou non de l’ordonnance ayant institué la fragrance avec la constitution du 18 février 2006.

Quant à l’acte posé par le policier tueur, Théodore Ngoyi l’a sévèrement condamné.

En revanche, pour Étienne Lombela avocat de la partie civile, l’argument d’inconstitutionnalité avancé par son collègue ne tient pas la route qui plus est, l’exception n’a pas été soulevée au moment opportun. De ce fait, le procès se poursuit ce lundi après le rejet par la Haute cour des exceptions soulevées par la défense.

Advertisements

Autres titres

Il faut arrêter avec l’état d’urgence (Lokondo)

Deo

Coronavirus en RDC : l’Equateur aussi touché

Deo

Affaire Kamerhe et consorts: Le tribunal a rejeté une fois de plus les demandes de liberté provisoire

Deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus