congosynthese

Près de 200 femmes manifestent contre la vente du marché de l’ex-Onatra


Plus d’une centaine des commerçantes de poissons frais, poissons fumés et braises ont manifesté samedi  devant l’Hôtel de Ville de Kinshasa, contre la vente du marché Inflammable de l’ex-Onatra, au port Ngwaka dans la commune de la Gombe.

Elles scandaient des chants tout en brandissant du poisson pour protester contre la vente de leur marché à des sociétés privées indiennes et chinoises. “C’est la première fois que les vendeuses de poissons descendent dans les rues de Kinshasa. Quand, ils ont démoli les constructions qu’il y avait dans ce marché, nous avons pensé que c’était pour nous Construire un grand marché parce que nous vendons sous le soleil. Ils ont vendu cet espace aux Indiens et aux Chinois, alors qu’il s’agit d’un marché public. C’est inconcevable”, a déploré Marie-Jeanne Ntumba, l’une des vendeuses de poissons.

M. Amisi, vendeur de poissons au port Ngwaka, a expliqué que “Nous sommes  congolais et nous vivons sur notre territoire. Nous n’avons jamais été dérangés dans ce marché. Depuis que le président Félix est au pouvoir, nous sommes tourmentés. Le nouveau chef de la Société Congolaise des Transports et des Ports (ex-Onatra) nous oblige à ne plus vendre nos poissons. Et pourtant, c’est le seul grand port de poissons à Kinshasa”.

Mme Adrienne Ngowa qui faisait partie de cette manifestation a déploré également cette situation : “Nous allons rester ici jusqu’à ce que l’Hôtel de Ville nous trouve une solution. La plupart d’entre nous, sommes veuves, nous avons des familles à nourrir. Nous vendons des braises dans ce marché. Hier, nous avons été empêchés de tenir notre marché. Aujourd’hui encore, ils obligent aux vendeuses des poissons à quitter le marché Ngwaka. Et nous qui leur vendons des braises, où devons-nous aller ?”    

Pour la secrétaire du marché Inflammable de l’Onatra, dont elle requiert l’anonymat a surenchéri : “Je suis l’une des responsables du marché. Nous faisons des recouvrements, les femmes paient convenablement leurs taxes. Par mois, nous versons au moins 2800 dollars à l’Hôtel de Ville. Ce matin, sans préavis, le chef Lukusa de l’Onatra nous a obligés à délocaliser notre marché. Où irons-nous ?”, s’interroge-t-elle.

Ces femmes comptent revenir lundi, a –t-elle dit, car, la plupart des autorités ne viennent pas le week-end travailler. “J’aurais souhaité qu’elles rentrent pour constituer une délégation d’au moins cinq personnes qui devrait être porteuse du message auprès du bourgmestre de la commune de la Gombe ou auprès du gouverneur de la ville.” ACP

Loading...

Autres titres

Goma: 13 militants de la lucha transférés à la prison centrale sur ordre du procureur

Kabumba Katumwa

Rutshuru Nord kivu: Réouverture officielle du bureau de la chefferie de Bwisha ce mercredi 18 septembre par l’administrateur de territoire de Rutshuru.

Deo

RDC: 20 militants de la lucha arrêtés par la police à Goma

Kabumba Katumwa

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus