congosynthese

Pour éviter la contestation des résultats qui sortiront des urnes : La Monusco tenue de servir de bouclier contre les fraudes électorales

Les forces spéciales onusiennes doivent se manifester partout où les unités de l’armée nationale ou de la police opèrent au lieu de se contenter tout simplement d’arpenter des rues de villes et campagnes

L’opinion nationale a suivi avec grand intérêt l’interview que Bernard Commins, commandant par intérim de la Force de la MONUSCO, a accordée dernièrement à ONU Info et au cours de laquelle ce dernier a largement parlé des défis auxquels la Mission onusienne est présentement confrontée mais aussi du rôle que celle-ci entend jouer pendant les prochaines élections sur l’ensemble de la République !

L’entretien que le Général Bernard Commins a eu avec ONU Info a certes contribué à éclairer tant soit peu la lenterne des Congolais sur les tâches immenses qui attendent les forces placées sous son commandement au sein de la MONUSCO. Il y a lieu cependant d’indiquer que cet entretien n’a pas tout à fait rencontrer les attentes d’une frange importante de l’opinion nationale.

Celle-ci est restée sur sa soif de connaitre davantage et de comprendre ce que cette importante structure entend réellement faire pendant les élections en perspectives au pays pour éviter la reédition du gâchis électoral du 28 novembre 2011 à l’origine de la crise multiforme actuelle ! En effet, des interrogations, pour la plupart très pertinentes, fusent de partout sur les rôles majeurs que va réellement jouer la MONUSCO pendant les prochaines élections afin de faire oublier le passé beaucoup.

Dans l’entendement général ce sont les forces spéciales de la MONUSCO qui sont plus concernées. D’après des personnes ayant été à l’écoute du Général Bernard Commins, les forces spéciales de la MONUSCO devront jouer les rôles de bouclier, de protection et de garantie de résultats électoraux par leur omniprésence dissuasive sur les sites prévus pour la tenue de scrutins et des opérations de dépouillement de bulletins de vote jusqu’à la signature de procès verbaux y afférents.

Ceci permettra d’éviter la contestation de résultats qui sortiront des urnes à l’issue de ces scrutins.

Contrairement à ce qui a été constaté lors des élections de 2011, les forces spéciales de la MONUSCO doivent se manifester partout où les unités de l’armée nationale ou de la police opèrent au lieu de se contenter tout simplement d’arpenter des rues de villes et campagnes pour justifier l’épuisement de leurs rations quotidiennes en carburants et lubrifiants !

Aux élections du 28 novembre 2011 il y a eu trop d’abus sur les sites électoraux où le vote avait été largement influencé par l’affluence des unités combattantes et lourdement armées dont le rôle consistait à intimider les électeurs au lieu de les encourager à voter pour les candidats de leur préférence et en toute responsabilité.

On soupçonne certaines familles politiques de préparer des milices appelées à agir de l’une ou de l’autre manière lors de prochaines élections. Une question à inscrire sur les canevas de travail de forces de la MONUSCO.

Qu’en pensent le Général Bernard Commins et son état-major en rapport avec la légendaire diplomatie préventive de l’organisation de Nations Unies ?
Nous y reviendrons.

Par Bamporiki Chamira


Autres titres

RDC: la résidence du porte-parole de la majorité cible de “tirs nourris”

Deo

Processus électoral : le Parlement et le Gouvernement d’accord avec la Ceni

Deo

Beni: Une incursion des rebelles ADF fait 12 morts, plusieurs enlevés et des maisons pillées.

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus