fbpx
congosynthese.com

Patrick Muyaya: « Nous n’avons rien à cacher »

Quarante-huit heures après leur face-à-face avec la presse, le lundi 29 novembre, le ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, et les porte-paroles des FARDC et de la Police nationale, respectivement le Général-Major Léon Richard Kasonga et le Commissaire supérieur principal, Pierrot Mwanamputu, étaient à nouveau, hier mercredi 1er décembre, devant le même auditoire pour dire ce qu’il en est des opérations « ciblées et concertées » menées conjointement avec les unités spéciales de l’armée ougandaise. Pour le porte-parole du Gouvernement, ce briefing presse est un exercice de transparence qui entre dans le cadre du nouveau narratif. 

Ces opérations «ciblées et concertées», que conduisent ensemble les armées Rd congolaise et ougandaise contre un «ennemi commun, les ADF, sont diversement  appréciées. Une partie de l’opinion critique le Gouvernement pour avoir fait appel aux troupes ougandaises pour aider les FARDC à traquer ces forces négatives.  C’est ici qu’intervient le porte-parole du Gouvernement qui, interpelant ses compatriotes, leur demande de «faire attention à toutes formes de manipulations

Il faut avancer

Sans oublier le douloureux passé que partagent la RDC et l’Ouganda, Patrick Muyaya rappelle que «le terrorisme mondial est combattu en coalition. Nous, la RDC, ne pouvons pas rester en marge de ce dynamisme mondial. Nous comprenons les préoccupations, les craintes de certains de nos compatriotes à l’annonce de ces opérations. Nous les comprenons du fait du passé. Mais nous avons fait le choix d’avancer, parce que nous voulons faire de la région des Grands lacs, le pivot de développement en Afrique, et vous connaissez le rôle central que joue la RDC», explique le ministre de la Communication à ses compatriotes.

«L’insécurité dans les provinces de l’Est de la RDC reste la priorité numéro 1 du Gouvernement. Le président de la République a dit qu’il était prêt à donner de sa vie. Nous, comme Gouvernement, avons fait le choix de régler cette situation qui dure depuis 20 ans parce que nous sommes fatigués de voir les compatriotes mourir dans des conditions affreuses. Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir, et c’est notre devoir, comme Gouvernement pour mettre fin à cette situation d’insécurité», déclare le ministre Muyaya.

Revenant sur ses propos d’il y a 48 heures, le porte-parole du Gouvernement indique que «les FARDC travaillaient depuis quelques mois à la mutualisation des efforts avec l’armée ougandaise pour d’une part, partager les expériences, et d’autre part, envisager des actions ciblées et concertées pour mettre fin à un ennemi commun. Et donc au 29 novembre dernier, je vous avais dit que si des forces spéciales ougandaises entrent en RDC, nous viendrons vous le dire, et c’est ce qui justifie le brieng de ce soir… »

«Vous avez suivi (mardi 30 novembre) hier dans la matinée qu’il y a eu des tirs d’artillerie et des frappes sur des cibles qui ont été identifiées en RDC. Nos hommes étaient sur terrain, appuyés par les forces armées de la république ougandaise. Parce que nous avons convenu ensemble de mettre fin à l’aventure des ADF qui sont des Ougandais, mais qui endeuillent le plus la RDC», dit Muyaya, confirmant par la même occasion l’entrée de l’armée ougandaise en RDC. «Nos forces armées ont été rejointes par les forces spéciales de l’armée ougandaise pour traquer ensemble les forces négatives», affirme-t-il.

Le porte-parole de l’armée, le Général-Major Léon-Richard Kasonga a insisté sur la mission de l’armée.

«La mission de notre armée est de protéger l’intégrité territoriale et l’indépendante de notre Etat. De ce fait, elle a l’obligation de mener des actions sur l’ensemble du territoire et précisément dans des endroits où la menace est identifiée’’.

Pour sa part, le porte-parole de la Police, Pierrot Mwanamputu, a insisté sur le fait qu’«en date du 29 novembre, quand on tenait le précédent briefing, il n’y avait aucune présence des forces ougandaises sur le sol congolais. Contrairement à ce qui se racontait dans les réseaux sociaux et médias. Ce qui a mis la puce à l’oreille des ennemis qui ont fui vers l’Ituri pour éviter cette menace» a-t-il insisté.

Quant à l’effectif des militaires ougandais en terre congolaise et la durée de leur mission, le Général-Major Kasonga a opposé le «secret défense». 

Autres titres

Denis Mukwege invite la population Congolaise à dénoncer les messages d’incitation à la haine

Redaction

3ème  Conclave sur la situation de paix en RDC : les Chefs d’Etat de l’EAC ordonnent l’application immédiate d’un cessez-le-feu

Redaction

Kasaï-Central : Des acteurs impliqués dans la lutte contre les VBG en atelier de validation du plan d’action provincial de lutte contre les violences basées sur le genre

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus