congosynthese

Parc National des Virunga : 5 Femmes violées, les agents de l’ICCN pointé du doigts (Nord-Kivu)

Cinq femmes auraient été violées par des hommes en tenu des gardes parc en territoire de Nyiragongo en localité de Rusayo au sud-est de la ville de Goma, ces hommes  seraient  des gardes parc  de l’institut congolais pour la conservation de la nature ‘ICCN’  le mercredi dernier. Information livrée par la société civile locale qui précise que ces femmes étaient t à la recherche  des bois de chauffage dans le parc national des virunga lorsqu’elles ont tombées dans le filet de ces personnes identifiées comme des agents de l’ICCN. La même information est corroborée par le chef de quartier Lac vert.

Contacter ce jeudi 27 septembre 2018, l’ICCN précise qu’il a été notifié de ces allégations. Selon lui, s’il s’avère vrai, ceux qui ont commis cet acte seront déféré devant la justice.

« Nous avons reçu ces allégations de viol survenu à Rusayo et ceux qui ont apporté ces allégations  affirment qu’ils se pourraient  que ce soient des gardes parc, alors nous n’avons pas rejeté ces allégations. Nous avons activé nos protocoles d’enquêtes. Les enquêtes sont en cours pour établir  qui a eu viol et si ce viol sont en mettre en charge des gardes parc ils sanctionné par la loi », a dit Joël Wengamulay chargé de communication ICCN.

Le parc national de virunga situé au Nord-Kivu fait face  aussi à des rebelles Hutu Rwandais, les rebelles Mai-Mai qui occupent précisément une partie des territoires de Lubero et de Rutshuru, où ils cohabitent avec les rebelles des Forces Démocratique pour la libération du Rwanda « FDLR ».

La population environnante craint pour sa sécurité car obligée de vivre dans la peur de les voir jaillir du parc des Virunga, auteurs de plusieurs atrocités et qui ravissent des champs de la population. Les enlèvements sont aussi devenus une industrie hautement lucrative et touchent aussi bien le personnel des ONG internationales, les touristes que le plus modeste des paysans ou encore les prêtres.

A quand la réouverture des actives touristiques au parc national de Virunga

Le parc national naturel des virunga restera interdit aux touristes jusqu’en nouvel ordre a précisé ce jeudi  Joël Wengamulay chargé de communication de l’ICCN a l’occasion de la journée mondiale du tourisme.

La  plus ancienne aire protégée d’Afrique devait initialement reouvrir le 4 juin 2018 après une succession d’incidents meurtriers, mais la mort d’un ranger et l’enlèvement de deux touristes britanniques et de leur chauffeur congolais par un groupe armé le mois dernier,  changé la donne.

Les touristes qui pensaient pouvoir se rendre prochainement dans le parc national des virunga pour admirer sa chaine de volcans et ses gorilles de montagne, une espèce en danger d’extinction, vont devoir encore patienter, ni la sécurité des visiteurs, ni celle d’ailleurs des rangers n’est garantie dans ce parc de 790 00 hectares, situé dans la province  du Nord-Kivu. La raison : la multiplicité d’attaques et enlèvements, très lucratifs, par des miliciens et des groupes armés qui en ont fait leur fief depuis une vingtaine d’années.

Le numéro un de la communication de L’ICCN révèle que cette fermeture est un manque a gagné pour l’institut. C’est à lui d’ajouter qu’au moins 80 % des chiffres d’affaires annuel du parc a été considéré comme une perte pour cet institut congolais pour  conservation de la nature

Justin KABUMBA


Autres titres

Nord-Kivu : 7 casques bleus de la Monusco tués et 10 blessés dans les offensives contre les rebelles ADF à Beni.

Kabumba Katumwa

Lualaba : La Ligue Des Jeunes PPRD Exige Le Départ De Richard Muyej

Deo

Goma : Le militant de la Lucha Lumumba Trésor kidnappé a été retrouvé, il parle du calvaire

Kabumba Katumwa

2 commentaires

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus