congosynthese

Paluku Kamala Defao, Premier manifestant pacifique tué sous Félix Tshisekedi


Des policiers en République démocratique du Congo ont tiré à balles réelles, tuant une personne, en dispersant les manifestations de l’opposition le 30 juin 2019. Ils ont également fait usage de gaz lacrymogène, de passages à tabac et d’arrestations arbitraires de manifestants à Kinshasa, la capitale, ainsi que dans la ville de Goma, dans l’est du pays.

Basile Olongo avait démenti le 1er juillet la mort de Defao Paluku Kamala à Goma.

La police à Goma a dispersé les manifestants en tirant des gaz lacrymogènes et des balles réelles. Dans le quartier de Mabanga-Nord, la police a tiré sur Paluku Kamala, âgé de 26 ans. « J’ai vu un jeune homme touché par une balle », a expliqué un manifestant. « Il est tombé, puis la police est venue le chercher. » Les forces de police ont emmené Kamala dans leur jeep à l’hôpital CBCA-Virunga et l’ont laissé là, bien que l’hôpital ne puisse pas soigner les blessés. Une ambulance a transféré Kamala à l’hôpital CBCA-Ndosho, qui est mieux équipé pour traiter les blessures.

« La balle l’avait atteint au bassin et avait touché son estomac », a indiqué une source de l’hôpital à Human Rights Watch. Kamala est mort le 1er juillet, selon son certificat de décès.

Après que Kamala ait été touché par balle, des personnes ont brûlé un bus et vandalisé des petits commerces. La police a déclaré que les manifestants étaient hostiles et avaient érigé des barricades, et qu’un policier avait été blessé. Le Col. Pierrot Mwanamputu, porte-parole de la police nationale, a promis une enquête pour « savoir qui a tiré et sur ordre de qui. » Il a ajouté que le « policier qui a tiré doit être interpellé parce qu’il a été formellement interdit qu’un policier se serve d’une arme létale pendant les manifestations. »

La police a arrêté au moins quatre partisans de Lamuka à Goma le 30 juin. Un partisan de l’opposition, âgé de 29 ans, a déclaré qu’il parlait de la manifestation à venir avec des collègues lorsque cinq personnes en civil ont demandé ce qu’ils faisaient. L’activiste a expliqué qu’ils étaient avec l’opposition et voulaient manifester pacifiquement : « Immédiatement, l’un des cinq hommes en civil m’a frappé à l’oreille. Je me suis évanoui. Je ne savais pas vraiment ce qui s’était passé, mais mon ami [nom omis] et moi avons été arrêtés. »

Loading...

Autres titres

MORT DE KOBE BRYANT: CE QUE L’ON SAIT DES CIRCONSTANCES DU CRASH

Deo

« Ramazani Shadary n’a pas été à l’aéroport de Ndjili pour un voyage de Burundi. C’est un Fake news », selon le PPRD

Ben

RDC: Le gouvernement congolais signe un accord avec une société française pour dégazer le Golfe de Kabuno( Lac Kivu)

Kabumba Katumwa

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus