fbpx
congosynthese.com

Ouverture solennelle ce mercredi au Sénat de la session ordinaire de septembre 2021

La séance plénière de l’ouverture solennelle de la session ordinaire de septembre 2021 au Sénat intervient mercredi prochain, dans la salle des conférences internationales, au Palais du peuple, dans la commune de Lingwala, conformément à l’article 115 de la constitution, a annoncé le rapporteur de la chambre haute du Parlement, Michel Kanyimbu, dans un communiqué officiel parvenu dimanche à l’ACP.

La présente session ordinaire de septembre, essentiellement budgétaire, présente beaucoup d’enjeux pour la classe politique.

Parmi les dossiers qui attendent des réponses, figurent notamment le projet de loi de finances pour l’exercice 2022, la mise en place des organes et animateurs de la nouvelle Commission électorale nationale indépendante (Ceni), la poursuite de contrôle parlementaire et autres.

L’on se rappellera qu’il y a peu, la commission économique et financière (ECOFIN) du Sénat avait procédé à l’audition de quelques membres du gouvernement dans le cadre du contrôle parlementaire pour se rendre compte du niveau d’application de quelques recommandations formulées par la plénière lors de la présentation du projet de loi des finances 2020-2021, en vue d’améliorer le budget de l’exercice 2022.

IL a été remarqué que le Sénat tient à accompagner le gouvernement à maximiser les recettes en vue d’appliquer son programme.

Signalons par ailleurs que la session précédente au Sénat, avait été marquée par l’assiduité exemplaire des sénateurs aux travaux aussi bien en présentielle que par visioconférence. Il a été constaté également : la production qualitative et quantitative des lois ; l’instauration d’un mécanisme de collaboration législative ; le contrôle efficace et efficient du gouvernement ; le contrôle systématique des Entreprises publiques de l’Etat ; la démocratie parlementaire ; la bonne diplomatie parlementaire et l’expression libre des sénateurs.

Les sages du Parlement, signale-t-on, entendent continuer avec le même élan pour pérenniser la bonne gouvernance dans toutes les sphères étatiques et institutionnelles et rompre définitivement avec la mauvaise gestion du passé et lutter contre les antivaleurs. Cela, suite à l’appel lancé par le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, dans le cadre de sa vision républicaine et idéologique de l’Union sacrée de la nation qui suscite encore bcp d’espoirs au sein des populations et dont les indices de développement multisectoriel sont déjà ressentis sur l’ensemble du territoire.

Les sénateurs qui sont l’émanation des provinces, représentants légitimes du peuple s’engagent pour ce faire de se pencher de plus en plus sur des projets ou propositions de lois en vue de doter l’exécutif de l’arsenal juridique nécessaire dont il a besoin pour assurer la bonne gouvernance et atteindre davantage les objectifs de développement.

Sous cette optique, a appris l’ACP auprès de cette institution, le Sénat devra se pencher davantage en priorité sur la question de l’insécurité dans toutes les zones de conflits en vue de son éradication.

Modeste Bahati a institué les relations entre le Senat et les provinces

Pr. Modeste Bahati Lukwebo, président de la chambre haute du Parlement dont le mandat s’articule notamment sur la défense effective des intérêts des provinces, entend s’appuyer, avec le concours de tous les sénateurs, sur la Commission permanente des relations avec les institutions provinciales   pour laquelle il a décidé de ne ménager aucun moyen pour organiser un cadre de concertation entre le Senat, les assemblées provinciales et les Entités territoriales décentralisées.

C’est ainsi que dans cette lancée et avec le soutien des sénateurs, Modeste Bahati a envisagé avec son bureau des programmes de formation communes entre sénateurs, députés provinciaux et présidents des assemblées provinciales en vue de cerner le contour de la collaboration entre le sénat et les provinces dans le but de promouvoir le développement de celles-ci.

Sur base des groupes provinciaux, au sein du Sénat, chacun d’eux a redynamisé ses activités consistant à évoquer et à traiter les questions particulières en rapport avec les intérêts de leurs provinces. Les groupes provinciaux ont été mis à profit tout au long de sessions précédentes au Sénat à l’ère Bahati, pour assurer le rapprochement entre le sénat et les assemblées provinciales par des missions organisées à ce sujet.

Dans un autre registre, révélé la source, Modeste Bahati n’a cessé de suivre de très près les raisons qui enfreignent l’opérationnalisation de la caisse de péréquation qui autrefois était confrontée à des calculs politiciens. Il promet de militer bec et ongles, ensemble avec les élus des élus, signale-t-on, en vue de donner des moyens aux provinces qui n’ont pas les mêmes économies et pallier à l’insuffisance des infrastructures de base déficitaires pour la plupart d’entre elles.

Autres titres

Le Chef de l’Etat lance la campagne de sensibilisation au civisme fiscal et à la bonne gestion des deniers publics

deo

Kananga : Ecidé de Fayulu saisi le gouverneur pour marcher le 15 septembre

Patrice Kayembe

Gentiny NGOBILA ne prend pas acte de la marche de LAMUKA prévue le 15 septembre 2021

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus