congosynthese

Nord-Kivu : Massacres des civils à Beni, Julien Paluku appelle la population à la vigilance

Julien Paluku Gouverneur du N-K dans un point de presse. Photo/congosynthese.com

Le gouverneur de la province du Nord-Kivu appelle la population à collaborer étroitement avec l’armée congolaise pour faire face à l’activisme des rebelles ADF dans la zone de Beni en province du Nord-Kivu. Pendant ce temps, il lance une campagne dénommé « Un homme, un mai-mai »

Appel lancé au cours d’une conférence de presse tenu à Goma ce vendredi 9 novembre 2018 à son cabinet de travail. Pour Julien Paluku, l’armée à elle seule ne pourra pas résoudre les problèmes  sans appui de la population en province.

Le chef de l’exécutif provincial du Nord-Kivu, les massacres des civils enregistrés depuis 2014  dans la zone de Beni est une stratégie de l’ennemi visant à créer le découragement et à rallier  les civils sans le savoir à leurs causes. Ces massacres qui ont déjà fait des milliers des civils et militaires des forces armées de la république démocratique du Congo ont réussi à renforcer la méfiance de l’armée et la mission onusienne en RDC et les civils dans cette partie du Nord-Kivu, ces massacres ajout-ils sont aussi perpétrés entre autre pendant le passage des grandes personnalités du pays à Beni pour faire perdre la crédibilité des dirigeants congolais envers leurs citoyens. Le numéro un de la province du Nord-Kivu appelle cependant la population à la vigilance.

« Je voudrais faire un appel vibrant à nos compatriotes de Beni et Lubero, pour dire  que la situation dans ces coins va changer aussi avec notre participation, l’armée à elle seule ne finira  pas la situation de Beni. Dans toutes les guerres qui ont été bien gagnées c’était par l’appui de la population », rappelle Julien Paluku Gouverneur du Nord-Kivu.

Les  groupes Mai-Mai quant eux seront victimes de la campagne lancée par  Julien Paluku dite « un homme, un mai-mai », selon lui, il veut que les groupes armés déposent des armes.

« Si  la population se décide aujourd’hui de venir chacun avec un mai-mai armé, on mettra fin à ces mai-mai, et on restera avec des grandes menaces à savoir, Les FDLR, ADF. Car les autres on les aura déjà maitriser totalement »ajout-il .

Répondant à la question liée au l’ultimatum de 48 heures lui adressé  la fois dernière par un groupe des notables de la communauté Hutu afin de retirer sa note circulaire interdisant le mouvement des personnes dites inconnues dans la partie nord de la province du Nord-Kivu qui a expiré depuis le lundi dernier , le chef de l’exécutif provincial  a profité de cette occasion pour répondre à travers ce point de presse. Pour lui,  les personnes lésées par cette mesure administrative devraient s’adresser à l’assemblée nationale qui pourra proposer une autre décision pour toute modification. Il dit ce pendant que si cette mesure a été prise c’est dans le cadre de protéger des personnes connues, mais pour les cas des inconnues il croit que cette note est encore paissant. Il insiste toujours sur la décision de tout  mouvement  des personnes inconnues dans la province conformément à sa note de 2011.

Education et santé

Evoquant aussi la question sur la situation éducationnelle au Nord-Kivu, ou les activités académiques dans la partie grand nord restent suspendues depuis l’ouverture de l’année le 15 octobre dernier suite à la situation de l’insécurité, le gouverneur Julien Paluku rassure pendant ce temps de l’engagement de l’armée congolaise de stabiliser cette zone avant les élections. C’est à lui d’appeler les étudiants de Goma plus particulièrement ceux de Beni de mettre fin à la grève. Par rapport  à la crise que certains gens  traversent à l’hôpital provincial du  Nord-Kivu, le gouverneur appelle les politiciens a n’est pas tribaliser cette affaire, car selon lui c’est un problème des compétences.

« Je voudrais un appel aux enseignants  et tous les autres. Attention avec Beni, Je suis en train de mener une enquête, j’ai appris qu’il y a des gens qui sont dans la riposte contre Ebola, que les gens auraient peur d’abandonner la crise contre Ebola, ils préfèrent laisser la situation comme si c’est liée à l’insécurité, alors que c’est lié a des dividendes organes »

Situation politique de l’heure en RDC

Dans ce même point de presse, la situation politique de l’heure dans le pays était au centre. Le coordonnateur au Nord-Kivu de la campagne de Ramazani Shadary a appelé la population de sa province à soutenir  la candidature d’Emanuel Shadary à la présidentielle. Un appel se basant sur la géopolitique de la république démocratique du Congo.

« En 1960, Kasa-vubu prend le pouvoir. Il vient du Kongo central, En 1965 Mobutu Joseph de l’Equateur dirigé par le pays pendant 32 ans. En 1997, Mzee Laurent Désiré Kabila prend le pouvoir il est du Katanga, En 2001 Joseph Kabila de la même province, maintenant aujourd’hui, c’est l’occasion qu’on nous donne. C’est le tour du Kivu et comme le Kivu avait été démembré, on prend de se fils et il s’appelle Emanuel Shadary. C’est une occasion pour nous. »Explique Julien Paluku Gouverneur.

Le chef de l’exécutif rappel que la RDC fait face à l’insécurité dans sa partie orientale  il faut donc  quelqu’un qui a la connaissance de tous ces problèmes et qui peut avoir le souci de dire, ont attaqué d’abord les problèmes  qui bloquent la pays et majeure partie, c’est l’insécurité. Et le choix est tombé sur la personne  qui est né dans notre partie, conclut-il.

Justin KABUMBA

 


Autres titres

Le retour de F. Tshisekedi à Kinshasa reporté

Ben

Kinshasa: La Police Annonce L’arrestation De L’auteur De La Mort D’un Des Étudiants Tués À L’Unikin

Ben

Rendez-vous demain à l’aéroport de N’djili. Félix Tshisekedi-Kamerhe : retour en duo à Kinshasa confirmé !

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus