fbpx
congosynthese.com

Nord-Kivu : JED condamne l’assassinat d’un journaliste en plein Etat de siège

L’ONG Journaliste en danger (JED) se dit profondément choquée par l’assassinat, ce dimanche 9 mai 2021 vers 23 heures, d’un journaliste par deux hommes armés non autrement identifiés dans la localité de Kitshanga, territoire de Masisi, dans la province du Nord-Kivu (Est de la RD Congo).

Barthelemy Kubanabandu Changamuka, journaliste- animateur de l’émission intitulée : « Sécurité alimentaire » diffusée sur les ondes de la Radio Communautaire de Kitshanga (CORAKI FM), a été attaqué dans l’enclos de son domicile par deux hommes armés en tenue civile qui lui ont tiré à bout portant, huit balles.

Ces assaillants ont seulement pris le téléphone portable du journaliste avant de prendre fuite.

A 23 ans, Barthelemy Kubanabandu Changamuka venait de présenter à 19 heures son émission consacrée à l’obésité alimentaire, avant de rencontrer ses agresseurs.

Aussitôt terminé son émission, le journaliste se fait accompagner à son domicile par un de ses amis. C’est au moment où ils allaient se séparer qu’ils ont vu surgir deux personnes armées de la parcelle du journaliste. Son compagnon a réussi à se sauver en courant dans la maison, tandis que Barthélémy Kubanabandu a été neutralisé. Après avoir reçu huit balles, le journaliste a immédiatement succombé à ses blessures.

Contacté par JED, son compagnon et témoin de cet assassinat estime que Son ami Barthelemy Kubanabandu était filé par ces hommes armés et donc ciblé.

« Le matin, il n’avait pas envie d’aller à sa rédaction. Il doutait d’aller présenter son émission. Il s’y était quand même rendu. Il ne m’a jamais dit qu’il recevait des menaces ou qu’il avait un problème avec des gens ici à Kitshanga. Nous étions surpris de voir deux personnes armées débarquer chez lui dans l’obscurité. Ils n’ont rien dit quand ils étaient arrivés. Et, quand j’ai vu une arme, j’ai couru dans la maison en laissant mon ami dehors. Après l’avoir achevé avec 8 balles tirées dans les jambes, la poitrine, les mains et les cuisses, ces hommes armés ne lui ont rien demandé. Ils ont simplement pris son téléphone portable », a-t-il fait savoir.

Pour JED, il s’avère impératif qu’une enquête sérieuse soit immédiatement ouverte par les nouvelles autorités politiques et sécuritaires installées dans la province pour élucider les circonstances de ce meurtre ainsi que punir les auteurs.

« Cette enquête urgente des nouvelles autorités politiques et sécuritaires de la province serait un signal fort dans la lutte contre l’insécurité qui prévaut dans cette province où un Etat de siège vient d’être décrété par le Président de la République dans les provinces du Nord-Kivu et Ituri en proie à des violences inouïes depuis plusieurs années du fait de la présence des multiples groupes armés », a déclaré JED.

Signalons que le lieutenant-Général NDIMA KONGBA CONSTANT attérrira ce lundi dans la province du Nord-Kivu où il exercera pleinement son titre de gouverneur militaire, pendant une durée d’un mois.

Dans le souci de restaurer la paix dans cette partie du pays déchirée par l’insécurité, le chef de l’État a fait remplacer les autorités civiles par les militaires dans les provinces du Nord-Kivu et Ituri.

Jul A

Autres titres

RDC : Félix Tshisekedi en meeting populaire à Beni, mobilisation des militants au rond-point du 30 juin(Situation 17h20)

Patrice Kayembe

FECOFA: Constant Omari Selemani a annoncé, ce mercredi 16 juin, sa démission devant la presse

deo

Covid 19 : 304 nouveaux cas confirmés en RDC

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus