congosynthese

Nord-Kivu : Accusé d’avoir piétiné sur l’État de Droit prôné par le chef de l’État,le magistrat Wonga A. agresse un avocat

Dans une lettre de dénonciation signée ce lundi 6 avril 2020 et adressée aux autorités compétentes,Maître Bisimwa François l’avocat avocat au barreau du Nord-Kivu dénonce et déplore l’agression publique qu’il a subie au tribunal de grande instance de Goma en date du 2 avril 2020.

Dans cette lettre , l’avocat précise qu’il a été agressé par le magistrat ,président du tribunal de grande instance de Goma en renfort avec de son garde du corps armé jusqu’aux dents publiquement au tribunal de grande instance de Goma aux environs de 11 heures locales .
D”après cet avocat c’est à cause d’une correspondance signée par madame Kanyere Viatsukaluva et adressée au secrétaire permanent du conseil supérieur de la magistrature, une cliente du cabinet dont il est l’un de ses conseils.

“C’était en présence des passants ,des justiciables ,des huissiers des justices ,des défenseurs judiciaires et des avocats que le président du tribunal de grande instance de Goma ,monsieur Wonga Okongo et son garde du corps m’ont agressés” , a déclaré ,maitre Bisimwa, des propos corroborer par une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux filmer par les passants, la vidéo montre le magistrat Wonga et son garde du corps qui se prennent à l’avocat Bisimwa ,une situation qui va créé une vive tension au tribunal de grande instance de Goma en plein.

L’avocat Bisimwa François revient sur le
moment fort de son agression.

“En effet, en date du 02/04/2020 pendant que nous étions assis sur la chaise au tribunal, monsieur le président est sorti de son Cabinet de travail sous escorte vers là où nous étions assis avec certains de mes confrères avocats et collègues défenseurs judiciaires. A son arrivée, il a commencé à toner sur moi avec des propos menaçants et discourtois, en me promettant de mauvaises choses. Ces propos m’ont fait craindre que tôt ou tard la mort ne s’en suive.
Dans ces propos menaçants, monsieur WONGA s’appuyait sur une correspondance circulant dans les réseaux sociaux émanant d’un des clientes de notre cabinet, au motif que nous somme auteur de cette correspondance alors qu’en réalité elle est l’œuvre de notre cliente.
Que par cette agression de la part de monsieur le président WONGA ALPHONSE, j’ai été surpris par des coups de boxe au niveau de la tête du coté gauche de l’oreille m’administrés par son garde corps tout en tentant de me ravir mon téléphone. Pendant cette perte de connaissance due aux coups des Boxes du Garde corps du président, ce dernier m’a collé au cou à tel point que ma chemise en était sortie déchiquetée et le président qui me tenait la main droite où il y avait mon téléphone marque Techno T5 et ce, pour permettre à son garde Corps de me le ravir sous prétexte que pendant cette agression j’enregistrais ses propos menaçants aux travers de mon téléphone , alors que, pour ma part, je pensais que son objectif s’était de vouloir s’imprégner si réellement la correspondance dont il faisait allusion n’émanait pas de moi” a relaté la victime ,maître Bisimwa François.

Malgré tous nos efforts , nous n’avons pas pu obtenir un interview avec le président du tribunal de grande instance de Goma auteur de cette agression, mais dans un entretien hors micro ,ni caméra accordé aux journalistes de Goma, le magistrat Alphonse Wonga a précisé qu’il a aucune autorisation de se prononcer à la presse sans l’autorisation de sa hiérarchie. Le président du TGI a préféré plutôt envoyé les journalistes auprès des juges pour une précision et interview sur cette agression ,ignorant qu’il est la personne citée dans l’affaire , minimisant le fait lui en qualité du président du tribunal de grande instance de Goma .

Mais pour rappel , la goutte d’eau qui a fait déborder le vase , c’est d’avoir rappelé le président du tribunal de grande instance de Goma de respecter l’État de Droit prôné par le chef de l’État ,Félix Antoine Tshisekedi, une dame habitante de Goma avait adressée une lettre aux autorités compétentes dénonçant la corruption perpétrée par celui qu’il avait qualifié de se prendre comme un empereur, un tout puisant Wonga à la tête du tribunal de grande instance de Goma et d’avoir pris cette juridiction comme sa propre plantation de canne a sucre .

La pauvre Kanyere Viatsukaluva avait dénoncé également le trafic d’influence du magistrat Wonga Okongo Alphonse au sein de ce tribunal, victime aussi de ce dernier dans son dossier RC 20233/20280 pendant devant le Tribunal de Grande Instance de Goma qui l’opposait à son ex-époux, lequel dossier monsieur WONGA se comporte comme partie au procès, traitant cote à cote avec son adversaire comme si il aurait des engagements et promesse dans ce dossier,a encore Kanyere.

Maître Bisimwa François, demande que justice soit faite, toute fois il garde confiance à bonne démocratie prônée par le président de la République démocratique du Congo ,Félix Antoine Tshisekedi qui lutte contre l’impunité, la corruption pour ne citer que cela .

Donc dossier à suivre…


Rédaction.

Advertisements

Autres titres

Ituri : la Procureure de la CPI très préoccupée par les violences à Djugu et Mahagi

Deo

LES DÉPUTÉS UDPS DISENT NON À LA POLITIQUE DE LA CHAISE VIDE

Deo

LE DYSFONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION DE SUPERVISION ET DE SUIVI MIS À NU

Deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus