congosynthese

MP-PALU : VERS UN NOUVEAU DEAL !

Après le coup de gueule d’Antoine Gizenga de samedi dernier, un émissaire du FCC signalé au siège du Palu pour amorcer les pourparlers.

Un très haut cadre de la Majorité présidentielle(MP), a été perçu au siège du Parti Lumumbiste unifié (PALU), situé au quartier Des marais de la commune de Matete, sur le boulevard Lumumba. Contactée hier au téléphone par “Forum des As”, une source qualifiée du parti cher à Antoine Gizenga, n’a ni affirmer ni infirmer l’info. ” Tout n’est pas à mettre sur la place publique “, s’est-il contenté de dire. 

D’ores et déjà, la présence au siège du Palu, de ce cadre de la famille politique du Président Joseph Kabila, vaut symbole. Sa particularité est qu’elle intervient quelques jours seulement, après la déclaration ” incendiaire ” d’Antoine Gizenga, le samedi 6 octobre à Kinshasa. Des propos qui, somme toute, laissaient transparaitre sur toute la ligne, la rupture entre le PALU et la Majorité présidentielle.
A en croire une source ayant des entrées faciles au Secrétariat permanent du Palu, la visite du cadre de la MP, par ailleurs membre du Secrétariat permanent du Parti du peuple pour la reconstruction et a démocratie (PPRD), constitue un signal fort, dans la perspective d’une réconciliation des deux partenaires, désormais en instance de divorce. 
En d’autres termes, la MP ne serait pas encore prête à perdre son ancien partenaire PALU. Et, l’entretien de l’émissaire du FCC avec des responsables du parti d’Antoine Gizenga, s’inscrirait dans cet élan d’un nouveau deal.

LE PALU NON SIGNATIRE DE LA CHARTE DU FCC
Le Palu, on le sait, ne figure pas sur la liste des signataires de l’Acte fondateur du Front commun pour le Congo (FCC), méga plateforme électorale fondée par le Président sortant Joseph Kabila. Certes, la charte comporte déjà plusieurs signatures de partis et regroupements politiques ainsi des personnalités de divers horizons. Cependant, le problème se pose en termes d’apport réel de chaque membre du FCC. 
Pas un secret de polichinelle. En politique tout comme dans un sport collectif, l’apport du partenaire ou des coéquipiers compte. Et, pour revenir en politique, tous les partenaires ou alliés n’ont pas le même poids. Autant qu’on trouve au sein d’une plateforme, des poids lourds, autant y en a aussi de poids moyens. Et parfois aussi des alliés qui ne font pas du tout le poids. C’est-à-dire des poids mort. Des personnes physiques ou morales n’ayant aucun apport réel à la lutte et l’idéal communs.
En haut lieu du FCC, on n’ignore donc pas cela. Le PALU d’Antoine Gizenga, non signataire de la Charte du FCC, est le principal partenaire d’abord, de l’Alliance pour la Majorité présidentielle (AMP) en 2006, puis de la Majorité présidentielle (MP) lors du second cycle électoral de 2011. 
Pour le processus électoral en cours, les Gizengistes avaient annoncé la candidature d’un des leurs au sommet de l’Etat, espérant bénéficier de l’appui de son partenaire MP. Hélas. Les choses ont plutôt tourné autrement. Aucun candidat Palu sur la liste définitive des 21 postulants à la Magistrature suprême, publiée par la Centrale électorale. D’où, le sens de la colère du Palu qui pensait qu’après un peu plus d’une décennie de ” mariage “, son ” ancien ” partenaire allait lui renvoyer l’ascenseur.

DES PROPOS QUI EN DISENT LONG
Dans une déclaration politique mercredi 3 octobre, le regroupement politique PALU et Alliés, proclamait son autonomie et son indépendance. En ce qui concerne l’élection présidentielle couplées aux législatives et aux provinciales,officiellement prévue le 23 décembre prochain, Palu et Alliés avait promis de se prononcer en temps opportun. Comme pour dire qu’à la date de la déclaration, les Gizengistes et leurs alliés n’avaient pas encore exprimé leur choix, sur les 21 candidats Président en lice. 
Trois jours seulement après, soit le samedi 6 octobre, le Secrétaire général du PALU qui fêtait le 93ème anniversaire de sa naissance, était encore revenu, en des termes à peine voilés, sur les rapports actuels de son parti avec son ancienne partenaire. A savoir la Majorité présidentielle. Le ton n’a pas été moelleux. 
En témoigne, le jugement du chef du Palu sur les Arrêts de la Cour constitutionnelle rendus le 3 septembre, en lien avec les requêtes des six candidats Président de la République invalidés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).
” La plus haute juridiction de la République, à savoir la Cour constitutionnelle, agissant au mépris des valeurs qu’elle est censée incarner, s’est illustrée plus récemment dans une parodie de procès dans les dossiers du contentieux des candidatures qui n’ont concerné que le Parti lumumbiste unifié. Ce, dans le seul but évident de nuire aux intérêts politiques, et ceci près d’un mois après que le contentieux visé soit définitivement clôturé conformément à la loi “, avait déclaré Antoine Gizenga sur un ton empreint d’indignation et d’irritation.
Toujours avec le même ton de révolte personnelle, le SG du Palu ajoutait : ” …En vue de réhabiliter frauduleusement les militants du Palu qui ont été publiquement invalidés par la Cour constitutionnelle pour avoir postulé sur d’autres listes, et dont les arrêts ont envoyés à la CENI pour exécution, la même Cour, après avoir invalidé ma candidature pour des raisons non fondées, s’est permise de statuer à nouveau sur ces arrêts pour valider finalement les mêmes militants du Palu qu’elle a elle-même, invalidés”. 
Devant des cadres de la Majorité présidentielle partis pour fêter avec lui, Antoine Gizenga enchaine : ” Cet acte constitue une violation pure et simple de la Constitution. C’est donc une intention préméditée de nuire au Parti lumumbiste unifié. C’est chose faite. Du jamais vu ! C’est pour dire que l’heure est grave. Qu’à cela ne tienne, je suis habitué à ce genre de combats menés contre le peuple congolais et ma modeste personne “.
Et, comme pour finir sa colère, Antoine Gizenga avait encore dit : ” (…) c’est pourquoi, dans le but de sauver le peuple congolais en général et le Palu en particulier, je lance la consultation des militantes et militants, comme je l’ai annoncé dans mon précédent message. Cette consultation se fera à travers les organes de base du parti. La position des militantes et militants du parti me permettra ainsi de faire une déclaration politique à travers laquelle je donnerai des consignes de vote pour l’élection présidentielle “. Cette déclaration justifierait-elle la présence du cadre du FCC au siège du Palu ? L’histoire ne le dit pas encore clairement.
Toutefois, des analystes avertis soutiennent que la réaction du patriarche du PALU, vient ainsi ajouter de la force à la déclaration du regroupement politique PALU et Alliés du 3 octobre.La question qui se pose est celle de savoir si, après laposition du regroupement politique Palu et Alliés, soutenue par celle d’Antoine Gizenga, il est encore permisde penser à ce jour, à un éventuel rapprochement entre les deux camps ? Trêve de supputations !

NI AU FCC NI A L’OPPOSITION
A 72 jours des élections, la position du Palu relève d’un véritable mythe. En tout cas jusqu’ici, on le voit ni participer à toutes les rencontres de l’Opposition ni à celles du FCC. Comme qui dirait, les Gizengistes ne sont, du moins jusqu’à preuve du contraire, ni à gauche ni à droite. Et peut-être ni même au centre. Vu de certains analystes, cette posture procède d’une stratégie politique bien réfléchie. Cette thèse n’est, sans doute pas, à écarter d’emblée. 
Que le Palu ne se soit pas encore prononcé en faveur de tel candidat de la République ou de tel autre, il a incontestablement ses raisons. Cependant, des observateurs pensent en même temps qu’un choix exprimé à la dernière minute, pourrait être perçu comme une manière de se consoler, après une déception par tel camp ou tel autre. 
Quoi que l’on dise, le Palu qui n’est pas un apprenti sorcier, sait ce qu’il fait. Lui qui a donc une parfaite connaissance du jeu, du terrain et même des joueurs. Comme le dit si bien un vieil adage africain : ” Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à sauter “. Plutôt que de spéculer, autant alors laisser le temps au temps.
Grevisse KABREL


Autres titres

Nord-Kivu : Affrontements entre FARDC et miliciens Mai-Mai 6 morts ( Isale-Kanguta)

Kabumba Katumwa

Nord-Kivu : Manque d’eau potable à Goma : Les militants de la Lucha arrêtés par la police lors d’une marche

Kabumba Katumwa

« CLANDESTINS » PARTOUT : Les Congolais victimes d’un Etat fragile

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus