fbpx
congosynthese.com

Moment De Convaincre

Une fois investi président de la République par la Cour constitutionnelle avec la prestation de serment, le nouveau chef de l’État, vainqueur de la présidentielle du 30 décembre 2018, devra immédiatement se mettre au travail. Fini les discours, l’heure étant désormais aux actions concrètes et palpables.

En effet, c’est bien beau d’affirmer qu’on est le président de tous les Congolais, de ceux qui vous ont élu comme de ceux qui n’ont pas voté pour vous. Il est donc vrai qu’on n’est pas le président de l’UDPS, de la coalition ‘‘Cap vers le changement’’ (CACH) ou de la tribu des Luba. Faut-il encore le démontrer par l’exercice effectif du pouvoir en rencontrant les attentes des populations congolaises.

Le successeur du président de la République sortant dit vouloir travailler avec tout le monde, sans exclusion. Surtout après avoir jeté des fleurs à son prédécesseur pour avoir organisé les élections et quitté pacifiquement le pouvoir. Sans oublier de remercier tous les candidats qui ont compéti avec lui. Après la déception et l’amertume de ces derniers suite à leur défaite, le 5ème président de la République démocratique du Congo les rassure en leur disant que sa victoire est aussi la leur. Propos, ô combien conciliateurs et rassembleurs.

Aussi appelle-t-il la population à ne pas céder à la provocation, à éviter tout ce qui peut briser la cohésion nationale, notamment la haine tribale ou ethnique, l’esprit de vengeance ou de règlement des comptes. C’est trop beau pour être vrai lorsqu’on connaît le microcosme politique congolais, spécialisé en coups bas et autres anti-valeurs. Ici aussi, on aimerait voir le nouveau chef de l’État congolais sur le terrain afin de le juger à travers ses œuvres.

Il convient de souligner qu’il n’aura pas la tâche facile au regard de nombreux défis qu’il est appelé à relever. Notamment et, surtout, sur le plan social très attendu par le peuple. Il est question de la santé, de l’éducation, de la lutte contre le chômage et la corruption ainsi que du népotisme, du tribalisme, de l’insécurité, du non-paiement des salaires, de la délinquance juvénile, la réinstauration de la paix, le rétablissement de l’État de droit, etc.

L’on est d’avis que le successeur du chef de l’État sortant n’est pas dupe. Il saura s’entourer d’une nouvelle équipe de collaborateurs vertébrés pour l’assister dans cette lourde tâche. Il devrait, pour cela, compter aussi sur la sincérité du président sortant, concernant surtout le contrôle de leviers de la défense et de la sécurité, gage de l’exercice du pouvoir et du développement. Il en aura besoin pour asseoir son autorité sur l’ensemble du territoire national et amorcer le développement du pays.

Autres titres

RDC : La dépouille de Lumumba accueillie au Palais du peuple

Patrice Kayembe

Hommage à Lumumba : Au nom du chef de l’État, Sama Lukonde décrète le deuil national de 4 jours

Patrice Kayembe

Kasaï : Le secteur de Kitangwa doté d’un ”bâtiment administratif moderne »

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus