fbpx
22.5 C
Kinshasa
August 4, 2020
congosynthese

Mixage entre ex-rebelles du M23 et CODECO dans les tueries de l’ituri: Le M23 rejette ces accusations

Le mouvement du 23 mars (M23) dément formellement les accusations rapportées par le l’ONG Crisis Groupe l’accusant d’opérer au côté du groupe rebelle CODECO, auteur des tueries et des exactions dans la province de l’Ituri, l’une des parties Est de la République Démocratique du Congo.

Dans un communiqué signé par son président Bertrand Bisimwa, le M23 précise que la majorité de ces ex- combattants conduits par le général Sultani Makenga sont depuis 2017 en position inoffensive sur le sol congolais ,dans le territoire de Rutshuru au Nord-Kivu. Ils attendent plutôt la mise en œuvre des engagements de Nairobi a t-il déclaré dans ce communiqué.

“D’autres sont toujours cantonnés à KIBUNGO au Rwanda et à BIHANGA en Ouganda sous la surveillance de ces pays frères. Des listes des ex-combattants du M23 avaient été établies lors de notre entrée sur les territoires rwandais et ougandais et sont régulièrement mises à jour et partagées avec le gouvernement congolais en fonction des différentes phases du rapatriement unilatéral organisé par le Gouvernement congolais depuis 2014. Les ex-combattants ainsi rapatriés à l’insu de la Direction du M23 ne peuvent plus être assimilés au M23 moins encore les actes qu’ils poseraient sur le territoire congolais. Seul le gouvernement congolais serait responsable” poursuit ce communiqué de M23.

Le Mouvement du 23 mars dénonce par ailleurs des mauvaises pratiques observés dans les services des renseignements congolais. Ceux qui ont l’habitude de plomber le processus de paix et d’entretenir leur abreuvoir qui représente l’instabilité dans l’Est du pays.

Les pratiques décriées par le M23 consistent à distiller des informations sulfureuses au sein de l’opinion à travers des ONG par des personnes se présentant soit comme des victimes d’un conflit soit comme des simples renseignant pour livrer à ces ONG des informations dites crédibles ne nécessitant plus une quelconque verification.

” Les ONG devraient faire très attention à cette manipulation qui N’honore pas et qui se nourrit de leur légèreté dans le traitement des informations d’une telle ampleur. Elles devraient étendre leurs enquêtes au-delà des simples témoignages pour les confronter aux réalités du terrain et éviter ainsi de se mettre au service d’une stratégie de pérennisation des conflits conçue par ceux-là mêmes qui tirent leurs dividendes sur le sang des congolais” ,ajoute-il

Dans son rapport rendu public le 15 juillet, intitulé:”République démocratique du congo ,en finir avec la violence cyclique en Ituri”, l’ONG GRISIS Groupe avait pointé du doigt les ex rebelles de M23 d’opérer avec les Mai mai Cadeco,dont la dernière attaque meurtrière avait fait une dizaine des civils en ituri lors d’une embuscade tendue contre un convoi civil .

Pour rappel , le mouvement du 23 mars, également appelé M23, est un groupe crée à la suite de la guerre du Kivu. Il est composé d’ex-rebelles du CNDP réintégrés dans l’armée congolaise à la suite d’un accord de paix signé le 23 mars 2009 avec Kinshasa. Ils se sont ensuite mutinés en avril 2012. Leur nom provient des accords du 23 mars 2009, car les membres considèrent que le gouvernement congolais n’a pas respecté les modalités de celui-ci. Le M23 a été accusé de nombreuses violences contre les populations civiles, par des ONG (Human Rights Watch), par le tribunal pénal international et par le gouvernement américain, une ancienne rébellion accusée d’être soutenue par les pays voisins ,comme le Rwanda et l’ouraganda .

Justin Kabumba

Autres titres

Comment le football s’est relevé face au coronavirus ?

deo

Kinshasa: Ne Muanda Nsemi a regagné sa résidence de Ma campagne ce lundi !

deo

RDC: Vital Kamerhe a été entendu devant la cour de Cassation ce lundi

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus