La coalition FCC-CACH, au pouvoir depuis janvier 2019, aurait finalement trouvé un terrain d’entente sur la clé de répartition des postes ministériels. Les négociations et autres retraites entreprises par les deux familles politiques n’ont plus essuyé que des échecs cuisants, selon certaines prédictions.

Le terrain politique ne va plus trembler, si l’on en croit les esprits lucides, qui estiment qu’avec dans la barque l’ensemble des citoyens, sans l’effet d’un probable raté de la formation du Gouvernement, les carottes sont bien cuites. Tant, les négociateurs ont réussi à se tirer de cette question qui prêtait à l’incertitude. Et, rarement la classe politique congolaise aurait été autant à l’unisson : les négociations ont abouti à un compromis, pour faire échec à des irrésistibles détracteurs.

Des sources en provenance de l’hôtel du Fleuve, où les négociateurs des deux camps se sont retrouvés encore mercredi 19 juin 2019 pour parfaire leur compromis politique, renseignent que les derniers points du désaccord ont été vidés. Un consensus se serait alors dégagé autour du partage des ministères régaliens qui constituait, jusqu’il y a quelques jours, le goulot d’étranglement des travaux.

Les deux plateformes sont parvenues à s’accorder sur la répartition des ministères régaliens autant qu’il en été question de la nomenclature du gouvernement. Les ministères de souveraineté ayant fait l’objet de cette concession concernent, pour rappel, la Justice, Défense et les Affaires étrangères seraient accordés au Cach tandis que l’Intérieur serait resté au compte du FCC.

Pour le moment, les négociations se trouvent à l’étape de l’harmonisation des noms qui doivent occuper les différents ministères. Les délégués des deux composantes politiques se sont penchés sur les travaux portant sur l’harmonisation des noms des animateurs des ministères du Gouvernement Ilunga Ilunkamba.

Il apert de savoir, des sources concordantes, que cette étape passée, la répartition des postes ministériels devrait normalement se négocier sans anicroche. On n’en serait plus à la clé de répartition qui accordait 80% des postes ministériels au FCC, ne laissant au CACH que 20%.

La grille de répartition a servi de base de discussion au Kongo central qui avait abrité les premières assises. Elle aurait été ramenée à des proportions normales sans trop minimiser l’équilibre des forces.

De ce qui précède, la fumée pourra être blanche dans les prochaines heures, à défaut d’un élément perturbateur. Il sied par ailleurs de rappeler que les négociateurs délégués respectivement du FCC et du CACH ont abattu ce travail dont le résultat, mieux, la dernière mouture, sera remise au bureau du Chef de l’Etat pour nomination.

Sur place à l’hôtel du Fleuve, Néhémie Mwilanya, Aubin Minaku, Jaynet Kabila et Tambwe Mwamba ont représenté le FCC dans les négociations tandis-que le CACH par Kitenge Yezu, François Mwamba, Jean-Marc Kabund et Baudouin Mayo.

Raymond Okeseleke