congosynthese

Meurtre de 17 personnes au PNV: “Il nous faut des enquêtes sur la situation dans cette partie du pays” Francine Muyumba

Quelques heures après l’attaque meurtrière contre un convoi des eco gardes de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) ce vendredi 24 avril 2020 à Rumangabo, des voix se lèvent de partout dans le pays pour exiger l’ouverture des enquêtes très sérieuses pour élucider les circonstances dans lesquelles ces congolais ont été tués, après le gouverneur du Nord-Kivu ,Carly Nzanzu Kasivita, le jeune artiste Innoss’B et autres ,c’est le tours de la sénatrice Francine Muyumba ,elle qui exige des enquêtes dans sur la situation dans cette partie en générale Est de la RDC, devenu aujourd’hui le théâtre des attaques.

24 heures après l’attaque meurtrière qui a coûtée la vie à 17 congolais à Rutshuru au Nord-Kivu, la sénatrice Francine Muyumba sort de son silence et exige l’ouverture des enquêtes sérieuses sur la situation dans cette partie Est de la République démocratique du Congo .

L’ex présidente de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ) appelle au respect de l’intégralité de la République démocratique du Congo.

” ‪Des gardes du Parc de Virunga et 3 civils ont été victimes d’une attaque mortelle. Il nous faut des enquêtes sur la situation dans cette partie du pays. Tout comme les familles des victimes, la nation entière attend des forces de l’ordre le respect de l’intégrité de notre pays” peut-on lire sur la page officiel facebook de la sénatrice Francine Muyumba.

L’Est de la République démocratique du Congo est le théâtre des affrontements depuis plusieurs années perpétrés par des groupes armés locaux et étrangers , comme les rebelles Rwandais des FDLR actifs sur le sol congolais depuis 1994 ,lesquels rebelles qui seraient à la base de cette attaque mortelle qui a fait 17 morts et plusieurs blessés ce vendredi 24 avril 2020.

A encore la communication du gouvernement provincial du Nord-Kivu, les auteurs de cette attaque ne sont toujours pas connus .

D’autres sources pointent du doigts l’armée Rwandaise qui serait déjà sur le sol congolais à la recherche de leurs selon eux grands ennemies “FDLR”.

“Le gouvernement provincial du Nord-Kivu condamne avec “véhémence” cet acte criminel si lourd avant de rassurer à la population qu’une enquête est déjà encours afin d’en élucider les circonstances ainsi que l’identité des auteurs.” peut ont lire dans le communiqué officiel du gouvernement provincial du Nord-Kivu. Mais côté ICCN silence radio.

A son arrivée au pouvoir, le président Félix Tshisekedi avait promis le retour de la paix et de la sécurité,mais la population ne vois toujours rien venir .

Justin KABUMBA/Goma

Advertisements

Autres titres

Ituri : la Procureure de la CPI très préoccupée par les violences à Djugu et Mahagi

Deo

LES DÉPUTÉS UDPS DISENT NON À LA POLITIQUE DE LA CHAISE VIDE

Deo

LE DYSFONCTIONNEMENT DE LA COMMISSION DE SUPERVISION ET DE SUIVI MIS À NU

Deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus