fbpx
congosynthese.com

Marche anti-Monusco: Suite aux manifestations répressives Goma perds sa beauté

Pendant que la ville de Goma , chef-lieu de la province du Nord-Kivu commençait a être revêtue d’une nouvelle robe avec les constructions des belles maisons et réhabilitations des routes, les dernières manifestations pacifiques transformées à un chant des batailles entre un groupe des personnes manifestants et éléments de la police congolaise ont presque remis tous les efforts à zéro.

Le jeudi dernier, les mouvements citoyens, comme Lucha RDC et autres ont appelé à deux journées villes, mortes ,soit du jeudi au vendredi pour réclamer le retour de la paix et exiger le départ de la Monusco en République démocratique du Congo. ces journées se sont transformées à une manifestation de colère, situation qui s’est tendue jusqu’à ce samedi 10 avril.

Pris de colère le même jeudi, un groupe des personnes a pris l’option de commencer à barricader la route en signe de colère.

Quelques heures plus tard, cette situation s’est généralisée dans toute la ville de Goma faisant une paralysie totale des activités sur l’ensemble de la ville. Boutiques, magasins, et marchés sont restés fermés craignant tout débordement.

Les éléments de la police congolaise lourdement armés étaient obligés d’intervenir à coups des bombes lacrymogènes et à balles réelles pour disperser les manifestants.

Des blessés côté manifestants et polices étaient signalés.

La beauté de Goma déstabilisée

La ville de Goma construite petit à petit depuis 2002 après l’éruption du volcan Nyiragongo, qui avait presque tout ravagé est à nouveau touchée.

Les manifestations engagées n’ont pas contribuent à l’avancée de cette ville.

Par exemple les trois jours de mobilisations, plusieurs artères ont été détruites. Si ce n’est pas par la police qui tirait des balles réelles et bombes lacrymogènes pour ramener le calme, c’est aux manifestants qui plaçaient des pierres, et brûler les pneus sur la chaussée.

Pendant ce temps , on pouvait voir aussi des jeu de projectile entre manifestants et polices, situation qui a terriblement aggravé la situation. Certaines maisons, boutiques et routes ont été détruites.

La situation qui prévaut actuellement à Goma,ville touristique de la République démocratique du Congo fait peur à plusieurs visiteurs qui veulent venir découvrir la beauté de cette ville.

Si les médias internationaux aggravent la situation en vendant la mauvaise image de cette partie Est, les jeunes manifestants sont aussi à la base.

Pour certains médias, le mouvement qui se passe à Goma, est un signe qui montre que la ville est ingouvernable.

Goma , une ville voisine de la République Rwandaise, située au pied du volcan Nyiragongo à quelques mettres du lieu où l’ambassadeur italien à été tué commence a faire peur ,en dépit de la situation sécuritaire, sociale et politique.

La part des autorités

Les autorités congolaises ont une part de responsabilité dans ce qui se passe actuellement à Goma, Beni ,et Butembo au Nord-Kivu.

Le gouvernement Kasivita ne facilite pas les jeunes a manifesté pacifiquement, pendant que les marcheurs informent en avance les autorités conformément à la constitution congolaise qui garantie la manifestation Pacifique, les autorités s’imposent et interdisent souvent les manifestations pacifiques qui se transforment ensuite à un mouvement de colère conduisant à des violences.

De Goma en passant par Beni et Butembo, toutes les manifestations pacifiques ont été interdites,situation qui a été à la base de cette situation que les gens tranverse aujourd’hui .

Situation sécuritaire actuellement au Nord-Kivu

La situation sécuritaire se dégénère de plus en plus au Nord-Kivu, Est du pays.

Les groupes armés dans plusieurs territoires comme Masisi, Walikale continuent à semer terreur et désolation. Plusieurs atrocités sont commises par ces groupes rebelles sous l’oeil impuissant de Kinshasa.

A Beni par exemple, les rebelles ougandais ADF tuent sans pitié . Les opérations militaires
ont été lancées contre ce groupe terroriste ,mais rien ne semble changé.

La population se voit abandonnée et vit actuellement que grâce aux prières adressées à Dieu.

Le pays semble être à l’arrêt, après plusieurs mois sans gouvernement malgré la nomination de Sama Lukonde comme premier ministre congolais.

Justin Kabumba

Autres titres

RDC : L’investiture de l’équipe de la CENI est largement saluée par le peuple congolais (Génération Fatshi)

Patrice Kayembe

F.Kalombo à Peter Kazadi : « S’il pense que Moïse Katumbi combat l’Union sacrée de l’intérieur, qu’il le chasse »

Patrice Kayembe

MESSAGE D’ALERTE DE LA CENCO

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus