fbpx
congosynthese.com

Manifestation anti-Monusco : La lucha consomme son échec et suspend la mobilisation

La mission des mouvements citoyens dont la lucha a visiblement échoué
,ces mouvements qui ne juraient qu’au départ de la mission onusienne Monusco ont vu leur but tomber en l’eau.

Appelé à manifester et à observer deux journées ville morte du jeudi 8 avril et
vendredi 9 avril 2021 afin de décrier la persistance des tueries à Beni et dans tous les
autres territoires du Nord-Kivu et au départ de la monusco, ces journées se sont transformées à des manifestations de colère depuis la semaine dernière jusqu’à ce mardi occasionnant morts d’hommes.

Dans un communiqué rendu public ce lundi 12 avril, ces jeunes anti-Monusco ont appelé la population de rester aux aguets après les deux journées. Ils ont annoncé dans les prochains jours d’autres mobilisations et voir si ,elle pourront cette fois-ci produire un résultat attendu.

« Toutes nos félicitations à la population Gomatracienne qui a encore une fois fait
preuve d’engagement pour la paix et de solidarité avec des compatriotes en détresse
ainsi que le départ des casques bleus onusiens qui brillent par une incompétence
notoire quant à la protection des civils pourtant c’est leur principale mission dans
notre pays. Nous encourageons la population de Goma de rester aux aguets pour
nos prochains appels à manifester pacifiquement pour cette question de paix qui
nous concerne tous. » Peut-on lire dans leur communiqué consulté par congosynthese.com

Dans certains coins de Goma et environs, la police nationale Congolaise a fait usage
des armes à feu tuant au passage un enfant qui ne manifestait même pas.

Cinq autres personnes environ ont été blessées par balles des éléments de l’ordre .

Malgré son échec et répressions, la Lucha annonce d’autres actions de grande envergure dans les prochains jours pour aboutir à leur but.

« Nous allons bientôt annoncer les
prochaines dates, rien ne va nous arrêter sauf la Paix. » ajoute-t-il.

Signalons que l’appel des mouvements citoyens avait été suivi sur l’ensemble de la ville de Goma.

Des activités ont été paralysées, boutiques ,marchés, stations sont restés fermer durant ces deux jours .

Les manifestants barricadaient les artères par des pierres partout dans la ville. Pour tenter de ramener l’ordre, la police était obligée de faire usage des bombes lacrymogènes et balles réelles pour disperser les manifestants visiblement en colère la semaine dernière.

Ce lundi les violences se sont poursuivies, 10 personnes ont été tuées et plus de 30 autres blessées, ainsi qu’une vingtaine des maisons incendiées à Goma et Buhene en territoire de Nyiragongo.

Le gouverneur du Nord-Kivu a déploré la présence des armes à feu côté manifestants, qui selon lui voulaient semer le chaos dans la ville, prudent dans sa politique il a vite suspendu toutes les manifestations dites pacifiques jusqu’à nouvel ordre sur l’ensemble de la province.

La question reste de savoir, si ces mouvements citoyens dont la lucha avec plusieurs meneurs pourront céder à cette décision de l’autorité provinciale malgré la liberté de manifester garanties par la constitution congolaise ?

Wait and see.

Disent les aglais.

Autres titres

Béni: Un mort et un porte disparu dans une attaque de présumé ADF à mayimoya

deo

RDC : Matata Ponyo prêt à faire face à la justice qu’il qualifie d’être « politiquement instrumentalisée »

deo

Etat de siège : Christophe Mboso mobilise derrière les FARDC pour une victoire finale sur les forces terroristes

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus