Libération imminente du journaliste Stanis Bujakera après six mois de servitude pénale

Le tribunal de grande instance de Kinshasa-Gombe a rendu son verdict ce lundi 18 mars, condamnant le journaliste Stanis Bujakera à six mois de servitude pénale.

Mar 19, 2024 - 13:44
Mar 19, 2024 - 13:46
 0
Libération imminente du journaliste Stanis Bujakera après six mois de servitude pénale

Accusé d'avoir propagé de faux bruits sur le décès de Chérubin Okende, ancien ministre des Transports et député national, Bujakera avait été arrêté le 8 septembre dernier. Après avoir purgé cette peine en prison, il devrait recouvrer la liberté ce mardi.

La sentence, assortie d'une amende d'un million de francs congolais (364 USD), a été réduite par rapport aux vingt ans de prison ferme requis par le ministère public. Malgré l'appel initial à une manifestation pour la libération pure et simple du prévenu, aucune opposition ne semble s'opposer à sa sortie de détention, le ministère public n'ayant pas fait appel de la décision du tribunal.

Stanis Bujakera, également directeur de publication adjoint d’Actualite.cd et correspondant de Jeune Afrique, avait été reconnu coupable de falsification et contrefaçon, ainsi que de faux en écriture, avec des circonstances atténuantes prises en compte dans le verdict.

Cette affaire a suscité une mobilisation de la presse congolaise, avec notamment l'appel du président de l’Union nationale de la presse congolaise (UNPC)/section Kinshasa, Jean-Marie Kasamba, à soutenir le journaliste. Au cours d'une conférence de presse, Kasamba a exhorté les organisations professionnelles des médias à se mobiliser pour la libération de Bujakera, qu'il a qualifié d'arrestation arbitraire et injuste.

Les journalistes sont encouragés à sensibiliser l'opinion publique, tant nationale qu'internationale, sur la situation de Bujakera et à assister au prononcé du verdict à la prison centrale de Makala. Malgré les événements à venir, Kasamba et d'autres organisations de médias présentes à la conférence de presse ont affirmé leur soutien indéfectible à Bujakera, le considérant comme un innocent victime d'une injustice.

Parmi les organisations des médias qui ont participé à cette conférence de presse se trouvent des noms bien connus tels que "Journaliste en danger" (JED), l'Union nationale de la presse du Congo (UNPC), l'Association nationale des entreprises audiovisuelles privées (ANEAP), l'Association nationale des éditeurs de la République démocratique du Congo (ANECO), l'Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM), l'Association des médias d'informations en ligne (MILRDC) et Journaliste en action (JA).

La libération imminente de Stanis Bujakera marque une étape dans cette affaire qui a mobilisé la communauté journalistique et suscité des préoccupations quant à la liberté d'expression et à la protection des journalistes en République démocratique du Congo.

What's Your Reaction?

like

dislike

love

funny

angry

sad

wow