fbpx
congosynthese.com

LES JUGES D’APPEL SE PRONONCENT CE MERCREDI SUR LA LIBERTÉ PROVISOIRE DE VITAL KAMERHE

Les avocats de Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du chef de l’Etat, ont attaqué en appel la décision du tribunal de paix de Kinshasa Matete refusant d’accorder la liberté provisoire à leur client. Statuant sur cet appel hier mardi 14 avril, les juges d’appel ont pris l’affaire en délibéré et promettent de rendre leur jugement dans le délai légal de 24 heures.

L’audience a eu lieu au Centre pénitentiaire et de rééducation de Kinshasa (CPRK), ex-prison centrale de Makala, en présence de toutes les parties. Principe du contradictoire oblige, les juges ont décidé de prendre la cause en délibéré, après avoir écouté les prétentions des conseils de Vital Kamerhe et les conclusions du ministère public qui ont plaidé pour le maintien de l’inculpé en détention préventive.Selon l’officier du ministère public, maintenir le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC) en détention préventive permettra à l’enquête en cours de bien se poursuivre. Cet argumentaire a été balayé par les avocats de Vital Kamerhe qui ont plaidé pour la mise en liberté provisoire de leur client, qu’ils continuent de considérer comme innocent. Ils jugent non fondées les raisons de mise en détention de Vital Kamerhe, dont la fuite n’est pas à craindre, indiquent-ils.

QUINZE JOURS DE DETENTION PREVENTIVE

C’est donc, sauf imprévu, ce mercredi 15 avril que les juges d’appel vont rendre leur jugement sur la décision prise par le tribunal de paix de Kinshasa Matete, qui siégeait au premier degré en chambre de conseil le 11 avril courant.Au terme de cette audience en chambre de conseil, les juges du tribunal de paix avaient décidé de la mise en détention préventive du président de l’UNC pour une durée de 15 jours, conformément à la loi.Lors de la confrontation avec les autres détenus, le jour suivant, Vital Kamerhe a rejeté en bloc les accusations à sa charge. Il a affirmé qu’aucun contrat de gré à gré, dans le cadre du programme 100 jours, ne porte sa signature.Le directeur de cabinet du chef de l’État a été mis sous mandat d’arrêt provisoire par le Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/ Matete, le 8 avril dernier. C’était au terme d’une audition dans le cadre de l’enquête sur le dossier de détournement des fonds, destinés à l’exécution du programme d’urgence de 100 jours du président Félix-Antoine Tshisekedi.

Orly-Darel NGIAMBUKULU

Autres titres

RDC : La dépouille de Lumumba accueillie au Palais du peuple

Patrice Kayembe

Hommage à Lumumba : Au nom du chef de l’État, Sama Lukonde décrète le deuil national de 4 jours

Patrice Kayembe

Kasaï : Le secteur de Kitangwa doté d’un ”bâtiment administratif moderne »

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus