congosynthese
  • Home
  • Actualité
  • Les chefs coutumiers bientôt dans la rue ! Réclamant la démission de Bruno Tshibala.
Actualité

Les chefs coutumiers bientôt dans la rue ! Réclamant la démission de Bruno Tshibala.

Face au silence que gardent le Premier Ministre et son Gouvernement à leur cris, les Chefs coutumiers en appellent à leurs collègues présents à Kinshasa de les rejoindre à la marche. Ils menacent de battre-le-macadam d’ici 72 heures.  Ils prévoient une marche pour réclamer l’annulation du Décret n°08/20 du 30 mai 2018, signé par le Premier Ministre Bruno Tshibala. Un mémorandum sera déposé à cette occasion. Le Décret querellé est celui qui porte sur la levée de la surséance de l’exécution de dispositions de décrets n°13/020, 13/021, 13/022, 13/023, 13/024, 13/025, 13/026, 13/027, 13/028, 13/029 et 13/030 du 13 juin 2013, conférant le statut de ville et commune à certaines agglomérations de la République démocratique du Congo. Des sources biens identifiées ont affirmé qu’une marche est prévue, à cet effet. Les chefs coutumiers vont s’offrir en holocauste.

A quel saint se vouer ?

Depuis la publication de ce Décret, beaucoup de Chefs coutumiers ont averti sur les dangers potentiels de cette décision et ont ouvertement déclaré que tous les Congolais devraient s’éloigner de la division, de la même façon qu’on s’éloigne du feu. Ils ont exprimé clairement  leur position au gouvernement et au Chef de l’Etat. Leur message était que le Décret du Premier Ministre est porteur de germe des conflits de terre qui ont endeuillé plusieurs pays à travers le monde.  Ils ont publiquement déclaré que le décret est aussi nuisible à la cartographie électorale en cette période au regard de la situation politique de la RDC. De même que les effets du décret sur les agglomérations  seraient  destructifs et qu’il créerait la confusion totale au sein des communautés locales. Pour eux, l’application de ce décret, avec toutes les conséquences qu’il peut générer, pourrait entrainer une désarticulation dangereuse entre les populations et leurs coutumes, socles de la cohésion nationale et de la paix.

Sur le terrain la situation est en train de s’empirer

Une marche de protestation à l’appel des Autorités traditionnelles et coutumières de la RDC  sera organisée d’ici 72 heures à Kinshasa pour réclamer l’annulation pure est simple de ce Décret. Les manifestants seront habillés en tenue traditionnelle pour, disent-ils, “que cesse de couler le sang des innocents en République démocratique du Congo inutilement à cause des agendas cachés. On entendra des cris du genre : “non à la balkanisation,  à la désarticulation dangereuse de nos populations, de nos coutumes ; de nos us et coutumes ; non au blocage du processus électoral en cours’’. Ils ajoutent que trop c’est trop, les autorités du gouvernement national doivent stopper à défier le Président de la République, Joseph Kabila, par des actes tendant à réduire ses efforts visant à restaurer la sécurité et la paix sur le territoire national’’.

Les mêmes sources renseignent que des délégations des chefs coutumiers sont en train d’aller à Kinshasa, en appui à leurs collègues sur place pour déposer un mémorandum au Cabinet du Premier Ministre.  Tous sont envoyés par leur population respective afin de dénoncer la malicieuse manière des politiques à étouffer  l’Autorité coutumière et traditionnelle. Les heures qui viennent seront très chaudes à Kinshasa.

Pour la paix, argumentent-ils, il serait judicieux de se référer à l’article 2 du décret n°018/20 du 30 mai 2018 qui stipule : ‘’En cas de litige sur des limites entre des entités créées, celles-ci sont soumises à une commission ad hoc établie à cet effet’’. Il serait également souhaitable, pensent-ils, que le Président de la République, Chef de l’Etat et Garant de la Nation s’implique personnellement dans ce conflit qui risque de dégénérer et de fragiliser la RDC. Notons que l’Est de la Rd Congo et le grand Kasaï n’ont pas encore totalement retrouvé la paix.

Peter Tshibangu


Autres titres

Joseph Kabila est arrivé à Windhoek pour participer au 38ème sommet de la SADC

Deo

Mandat d’arrêt international contre Moïse Katumbi

Deo

Processus électoral : Monsengwo a donné des conseils à Muzito

Deo

Laisser un commentaire

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus

Login

Do not have an account ? Register here
X

Register