congosynthese

Les 15 recommandations des experts britanniques sur la machine à voter

Des experts britanniques ont identifié quinze “risques à atténuer” dans l’utilisation de la “machine à voter”, qualifiée de “machine à tricher” par l’opposition et la société civile qui demandent son abandon d’ici les élections prévues le 23 décembre 2018 en République démocratique du Congo.

Les experts de l’organisation britannique “Westminster fondation for democraty” ont analysé les fonctionnalités de la machine à voter, à la demande de la Commission électorale nationale indépendante (céni), a annoncé John Murton, ambassadeur de la Grande-Bretagne en RDC.

La machine à voter est un écran tactile de fabrication sud-coréenne que la Céni veut utiliser le 23 décembre pour permettre aux électeurs de choisir les candidats et d’imprimer ensuite les bulletins de vote du candidat sélectionné.

Ci-dessous les recommandations de la Fondation Westminster sur la machine à voter :

1. désactiver les communications externes (carte sim et Wifi) jusqu’au moment où celles-ci sont nécessaires;

2. recouvrir tous les ports externes (soit modifier les volets de production, soit boucher les ports USB exposés);

3. limiter le nombre maximum de bulletins par machine à 660 pour empêcher un excès de vote ;

4. supprimer la fonction d’impression de code QR;

5. veiller à ce que les bulletins de vote insérés de façon incorrecte ne produise pas de vote manuel invalide;

6. limiter les données sur l’UBB à l’échelon provincial;

7. réviser le processus de confirmation du code pour éliminer la fonction permettant d’enregistrer de vote lorsque l’électeur touche la photo du candidat;

8. élaborer et diffuser les directives procédurales claires concernant le rôle des machines à voter, en plus de protocole concernant leur maniement, configuration et administration;



9. réexaminer le processus de distribution pour réduire la période de temps pendant laquelle la machine est sous la garde du personnel du bureau de vote;

10. inviter les représentants des partis politiques et observateurs au centre de distribution;

11. impliquer les témoins des partis politiques et les observateurs dans le contrôle préalable;

12. préparer des plans opérationnels détaillés pour remplacer les matériels et les disques externes;

13. organiser les simulations pour permettre aux personnels des bureaux de vote d’acquérir de l’expérience dans l’utilisation des machines;

14. se préparer aux files d’attente et s’engager à laisser voter les électeurs encore dans la file d’attente à la clôture du scrutin;

15. créer un fichier long, distinct pour permettre un audit.

Le vice-président de la CENI, Norbert Bashengezi, a indiqué que toutes les machines à voter sont déjà produites et 95 000 ont déjà subi le contrôle qualité par des experts de la CENI. Selon lui, la dernière machine quittera Séoul (Corée du Sud) ce mardi 18 septembre. Au total, 106.000 machines sont prévues par la CENI pour les élections prévues à la fin de cette année.


Autres titres

Nord-Kivu : Affrontements entre FARDC et miliciens Mai-Mai 6 morts ( Isale-Kanguta)

Kabumba Katumwa

Nord-Kivu : Manque d’eau potable à Goma : Les militants de la Lucha arrêtés par la police lors d’une marche

Kabumba Katumwa

« CLANDESTINS » PARTOUT : Les Congolais victimes d’un Etat fragile

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus