congosynthese

LE TICKET MABUNDA-KABUND, GAGE DU MARIAGE FCC-CACH


Le couple FCC-CACH avance la main dans la main. Le ticket Mabunda-Kabund, désigné pour présider à la destinée de l’Assemblée nationale en est une belle illustration. Malgré le rapport de forces en faveur du Front commun pour le Congo (FCC) qui dispose de la majorité absolue à l’Hémicycle (340/500 députés), le Bureau a tenu également compte de la donne coalition. Autrement, la plateforme Cap pour le changement (CACH)qui n’a obtenu que 48 sièges à l’Assemblée nationale ne peut prétendre occuper lapremière vice-présidence de celle-ci.

Nombre d’observateurs, tout en saluant cet esprit de coalition qui a prévalu dans la désignation du ticket FCC-CACH au perchoir de l’Assemblée nationale, se demandent si cela présage de la suite dansla répartition de postes dans la territoriale avec l’élection en vue des Gouverneurs, au bureau du Sénatet dans le futur Gouvernement.Ce mariage FCC-Cach se décline aussi en province. Par exemple au Sud-Kivu. Dans une déclaration commune publiée jeudi 4 avril courant, huit notables de la province du Sud-Kivu invitent la population de cette partie du pays à soutenir le ticket Ngwabidje Kasi-Malago Kashekere pour le poste respectivement de gouverneur (FCC) et de vice-gouverneur (CACH). Ces notables sont: Vital Kamerhe, l’actuel Dircab à la Présidence de la République; Néhémie Mwilanya, ancien Dircab du président honoraire Joseph Kabila et coordonnateur du FCC; Marcellin Cishambo, ex-gouverneur du Sud Kivu, François Rubota Masumbuko; Modeste Bahati Lukwebo, président de l’AFDC-A; Azarias Ruberwa; Cyprien Kyamusoke, ancien SG du Conseil économique et social et Martin Bitijula Mahimba, ancien ministre national des Affaires sociales et humanitaires dans le gouvernement Gizenga.Prévues initialement le 26 mars dernier, les élections des gouverneurs et des vice-gouverneurs de provinces auront lieu ce mercredi 10 avril.Car beaucoup se demandaient ce qui restait de la coalition CACH-FCC.

Surtout après l’élection controversée des sénateurs dans 24 provinces sur 26. Le FCC a raflé 84 sièges de sénateurs sur 100. La coalition Cach du Président Félix Tshisekedi n’a obtenu que trois sièges. Zéro à Kinshasa et au Kasaï Oriental, où l’UDPS dispose pourtant de députés provinciaux.A Kinshasa, le parti présidentiel qui compte douze députés provinciaux dans ses rangs n’a pas su arracher un seul siège dans la chambre haute, provoquant la colère de la ” Base ” de cette formation. La suite est connue. Il y a eu des actes de vandalisme en provinces et à Kinshasa. Le siège provincial du PPRD a été attaqué dans la capitale. Au Kasaï oriental, un élément de la Police a été tué.A la suite de ces incidents, les détracteurs du FCC ont dit de cette méga plateforme qu’elle était politiquement trop gourmande. Ce que réfutent ses bonzes.Pour calmer la ” Base “, le Président de la République, Félix Tshisekedi, avait dû recevoir les délégués des militants du CACH/UDPS ” frustrés par le comportement de leurs députés provinciaux pour les inviter au calme et les informer de la tenue lundi 18 mars à 10h00 d’une importante réunion interinstitutionnelle… “.On connait également la suite. La décision prise par le chef de l’Etat, à l’issue de la rencontre, avait été diversement appréciée. Certains juristes avaient chahuté l’attitude adoptée par le premier magistrat du pays. D’autres, l’avaient applaudi au nom de la ” moralisation ” de la vie politique et de la ” lutte contre la corruption “.Depuis cet épisode, l’enthousiasme s’était émoussé, n’étant plus ce qu’il était au lendemain de la proclamation des résultats provisoires de l’élection présidentielle.La polémique suscitée par les décisions prises lors de la réunion interinstitutionnelle, le 18 mars dernier, paraissait avoir laissé des traces. Des observateurs craignaient même que les deux partenaires s’acheminent vers une rude cohabitation. Que non ! Il y eut donc plus de peur que de mal. Ces brouilles n’étaient qu’un incident de parcours. Au bas mot, des scènes de ménages de nature à ne pas conduire au divorce. Les tickets FCC-CACH au gouvernorat du Sud-Kivu et à la présidence de l’Assemblée nationale montrent que le couple tient bien en place. Didier KEBONGO

Loading...

Autres titres

Nord-Kivu: Deux positions des FARDC attaquées par un groupe des hommes armés à Rugari

Kabumba Katumwa

Urgent: La démission d’Oly Ilunga en tant que Ministre de la Santé, suite à la décision de la Présidence de gérer à son niveau l’épidémie d’Ebola.

Deo

Goma: La police mobilise pour la riposte Ebola

Kabumba Katumwa

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus